Circonstances atténuantes

Ces quatre petites histoires ont été écrites en atelier d’écriture. L’exercice, inspiré par les « Crimes exemplaires » de Max Aub, consistait à inventer plusieurs histoires de meurtres anodins. Je dois à la vérité de dire que l’histoire de la rue Thierry Ardisson m’a été librement inspirée par une nouvelle, aussi courte que mon propre texte, que j’ai lue il y a bien longtemps et dont je n’arrive pas à me rappeler si l’auteur en est Peter Benchley ou James Thurber, grands humoristes américains chers à mon coeur. 

1-Je suis arrivé tôt, vingt minutes avant la séance. J’ai choisi ma place avec soin, pas trop loin, pas trop près, pas tout à fait dans l’axe, mais presque, comme j’aime, quoi! Elle est arrivée au moment où les publicités commençaient. Tournant le dos à l’écran, elle s’est faufilée dans la rangée devant la mienne. Elle s’est arrêtée devant moi, m’a adressé un joli sourire, et s’est assise juste devant mon siège. Forcément, ça m’a énervé. Ces jolies femmes, ça se croit tout permis et ça s’assied comme ça, devant moi, comme si de rien n’était. Elle aurait été petite, encore, je n’aurais trop rien dit. Elle aurait été rasée, ou elle aurait porté un fichu, pareil. Je ne suis pas un enquiquineur. Mais non, elle était grande, avec des cheveux, beaucoup de cheveux. Ça dépassait de partout devant mon écran. Après m’avoir gâché les publicités et les bandes annonces, quand l’obscurité s’est faite dans la salle et que le film a commencé, elle m’a empêché de voir toute la partie gauche du générique. Ça ne pouvait pas durer. Heureusement, j’ai toujours une corde à piano sur moi. On ne sait jamais quand on peut avoir besoin d’une corde à piano. Dans un mouvement rapide et discret, je l’ai passée autour de son cou, et j’ai serré, fort et longtemps. Sa tête a roulé sur son épaule.
Voilà qu’elle me cachait la partie droite de l’écran, maintenant! Il y a quand même des gens sans gêne au cinéma.

***

2-Sur la terrasse du vingt-cinquième étage de ce grand hôtel, ça fait plus de dix minutes qu’il me tient par le revers, ce type. Mais de quel droit, je vous prie? Ce n’est pas parce qu’on est dans un cocktail et qu’on porte une étiquette au veston qu’il faut se croire le droit de m’adresser la parole comme ça, sans être présenté. Je danse d’un pied sur l’autre en essayant de repérer quelqu’un de connaissance pour pouvoir fuir ce raseur. Rien, personne.
Encore, s’il me parlait de moi! Mais non, il ne parle que de lui. Banalités et lieux communs s’enchaînent les uns aux autres. Et tout ça sur lui, sur sa femme, son beau-frère, son cheval…
À un moment, il prononce l’inévitable bêtise,  la fadaise exemplaire, l’ineptie majeure, celle que l’on entend toujours à un moment ou à un autre dans un salon, et qui ne déclenche d’habitude chez moi qu’un spirituel sarcasme. Cette ânerie si répandue c’est « Moi, je ne supporte pas la bêtise ». Cette fois-ci,  c’en est trop. Simulant de vouloir renouer un lacet, je me baisse et en me relevant, je  le soulève et le bascule, lui et son verre de champagne, par dessus le garde-corps.
Il fallait bien mettre un terme à cette conversation.

***

3-Je suis perdu dans ce quartier que je connais bien mal.
J’accoste un passant:
-Pardon, monsieur, la rue Thierry Ardisson s’il vous plait?
-La rue Thierry Ardisson, voyons, la rue Thierry Ardisson…Ça me dit quelque chose. Ah, ce n’est pas loin d’ici. Mais là, tout de suite, j’ai un trou.
-Ça ne fait rien, Monsieur, je vais demander à quelqu’un d’autre.
-Mais non, mais non, ça va me revenir. La rue Thierry Ardisson…Voyons voir,  ce n’est pas la prochaine à droite. Non, ça c’est la rue Ariane Massenet,  Ça n’est pas non plus la rue d’en face. Ça c’est la rue Laurent Ruquier, celle qui mène à la place Jean-Pierre Foucault. La suivante, c’est…
-Excusez-moi monsieur, mais je suis un peu pressé. Je vais demander à quelqu’un d’autre.
-Mais non, mais non, vous me vexeriez. Je vous dis: ça va me revenir. Voyons voir, celle d’après, c’est le boulevard Philippe Bouvard. Après, c’est la rue Marc-Olivier Fogiel, puis c’est l’impasse Christine Bravo. Alors, voyons de l’autre côté maintenant. Ça ne peut pas être celle de gauche, parce que ça c’est l’avenue Patrick Sébastien. Juste après, c’est la place…..
Je ne connaitrai jamais le nom de cette place, car c’est à ce moment que je l’ai poussé sous un tramway qui passait par là, opportunément.

***

4-Totalement absorbé par la conversation téléphonique qu’il tient depuis vingt minutes à très haute et très intelligible voix dans le couloir de ce train de nuit où j’essaie de passer le temps  de mon insomnie, il fait les cent pas en me bousculant sans me voir  à chaque passage. À un moment, je l’entends dire à son correspondant qu’il faut qu’il aille aux toilettes et, tout en continuant sa conversation, il se dirige vers le bout du wagon. Je lui ouvre obligeamment la porte. Il me remercie d’un signe de tête sans lâcher son téléphone et c’est sans lâcher son téléphone mais avec un petit cri de surprise qu’il disparaît dans le vent, le froid et l’obscurité de la nuit.

 

 

 

5 réflexions au sujet de « Circonstances atténuantes »

  1. « Petits meurtres sans importance, pas de quoi fouetter un chat, Monsieur le Procureur ».
    Greetings, salutations and compliments from the Delta Blues Country, Mississippi.

  2. Personnellement, celle qui me plaît le plus est la dernière. Le style indirect, sans aucune citation, amène une distanciation, une impersonnalité, comme si le « je » qui rconte ne sea sentait pas concerné, mais seulement lui aussi un peu surpris par ce qu’ul vient de commettre.
    Au demeurant, toutes sont très réussies, et l’on voit bien ton style s’affirmer au fil des écrits.

  3. Cherchant à ajouter la théologie à l’étude de la communication, c’est la rue Thierry Ardisson qui me plaît le plus! Cette historiette balance bien les noms de ceux qui s’imaginent, parce qu’ils passent à la télé, (Network) s’être installés pour la postérité sur l’Olympe des noms de rues de l’Hexagone. Merveilleux!

  4. Effectivement, ton style est captivant, l’écrivain de talent que tu es incontestablement tient bien par la main son lecteur et réussit à lui faire partager son agacement, son humeur… mais où allons-nous? Peu importe, c’est de l’instant présent qu’il faut jouir!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *