De la tranquillité de l’âme

Morceau choisi
Extrait des Dialogues de Sénèque
«  De la tranquillité de l’âme « 

SÉNÈQUE :
…Aussi faut-il nous appliquer à ne pas trouver haïssables, mais risibles, les vices des humains, et à imiter Démocrite plutôt qu’Héraclite : celui-ci ne pouvait paraître en public sans pleurer, l’autre sans rire ; l’un ne voyait que misère dans toutes les actions des hommes, l’autre que sottise. Prenons donc toutes choses légèrement et supportons-les avec bonne humeur : il est bien plus conforme à la nature humaine  de se moquer de l’existence que d’en gémir. Ajoutez qu’on rend meilleur service au genre humain en riant de lui qu’en se lamentant : le rieur nous laisse quelque espoir d’amendement ; l’autre s’afflige stupidement des maux qu’il désespère de guérir. Enfin, pour qui juge les choses d’un point de vue supérieur, on montre une âme plus forte en s’abandonnant au rire qu’en cédant aux larmes, puisqu’on ne se laisse troubler que d’une émotion tant qu’on ne voit rien d’important, rien de sérieux, rien de déplorable non plus, dans toute la comédie humaine.

FINKIELKRAUT :
Ta gueule, Sénèque !

Bientôt publié

6 Août, 7 h 47 min Il est défendu de se baigner dans la fontaine
7 Août, 7 h 47 min Qui était donc ce type ? (Couleur Café n°29)
8 Août, 7 h 47 min Soleil d’hiver
9 Août, 7 h 47 min Les Saisons – Critique aisée 166

3 réflexions au sujet de « De la tranquillité de l’âme »

  1. Puis-je ajouter une Dernière Heure à l’intention de Philippe…? Des nouvelles inédites de Proust seraient en voie de publication…

  2. Facile à dire Monsieur Sénèque car il n’est pas toujours facile, ni même acceptable, de s’abandonner au rire plutôt que céder aux larme, de ne voir rien d’important, sérieux ou déplorable dans l’état de notre monde aujourd’hui. Trump par exemple, il me ferait bien m’abandonner au rire, ce serait divertissant, on se livrerait avec moquerie à de l’antiaméricanisme primaire, malheureusement la réflexion plus approfondie me conduit à la colère et au larmes.
    Dump Trump!

  3. Il est un temps pour rire, un temps pour pleurer. Un temps pour vivre, un temps pour mourir. A chaque chose suffit son temps.
    C’est ainsi qu’on peut mettre d’accord Sénèque et Finkielkraut, l’âme n’en sera que plus tranquille.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *