Le voyage du petit Christian à Rome – 2ème partie

Pour lire la première partie de cette histoire, c’est

ICI

Le voyage du petit Christian à Rome

Deuxième partie

Nos fiancées

Nos quatre copines préférées, c’est Michèle, Claudine, Anne G et Anne M et y en a qui disent que c’est nos fiancées.

Michèle, c’est une brunette qui porte une drôle de coiffe compliquée sur la tête, des antiquités dans les bras tous les dimanche-matins et des verres de contact qui tombent sans arrêt ; en plus elle  a une hyperthyroïdie auto-car-immune dissociée de type IIb, la plus rare, celle qui donne toujours chaud, toujours soif et toujours envie de bouger. Mais c’est vrai qu’elle a fait de drôles de progrès et que maintenant elle a beaucoup moins envie de bouger qu’avant mais faut dire aussi que Francis il a décidé de l’attacher de 8 heures du matin à 8 heures du soir comme ça il n’est plus obligé de courir après elle aux brocantes des quatre coins de l’Europe. Et puis en plus, si jamais elle s’échappait quand même, Francis il a un fusil à pompe.. Michèle, malgré tout ça, elle n’est pas rancunière et elle est follement amoureuse de Francis, un autocariste batave et germanophobe qui se shoote à la poupée bretonne et comme elle est plutôt gaie, dans sa province natale, on l’appelle Madame BOVA-RIT.

Il y a aussi Claudine qui est une amie d’enfance de Richard à tel point qu’on dirait qu’ils étaient mariés avant de naître. On voit bien que Claudine, elle se sent déjà la femme de Richard parce qu’elle dit tout le temps : « Oui mon chéri, oui mon chéri, oui mon chéri ! ». Il arrive aussi fréquemment qu’elle dise : « Oui mon génie, oui mon génie, oui mon génie  ! » mais c’est après le deuxième verre de Frascati et alors, en plus, elle rigole tout le temps et on ne comprend plus grand chose à ce qu’elle raconte, mais c’est presque toujours des histoires de moutons qui comptent des psychanalystes en liquide avant de s’endormir ! Ce qui est chouette avec Claudine, c’est qu’elle est toujours d’accord pour tout et ça, ça énerve drôlement Richard surtout quand c’est Laurent qui l’emmène dans un coin obscur soi-disant pour faire des photos.

Anne G., c’est l’amoureuse de Christian, le diable à la longue queue et à la petite calculette à moins que ce ne soit l’inverse. Elle est première en français et elle a écrit une chouette rédaction qui parle de son héros et qu’elle a intitulée : « Hiroshgrimard, mon amour ». C’est l’histoire d’un trésorier intègre qui profite d’un léger cataclysme nucléaire pour récupérer tous les billets de banque qui traînent. Certains passages sont extrêmement connus : «  Tu n’as rien vu, Hiroshgrimard mon amour ? », « Non, je n’ai rien vu, à part les billets de 200 F ». On se souvient aussi des célèbres lettres de la Rouxligieuse portugaise qui relatent la passion inavouable de l’héroïne (qui pourrait bien être l’auteur d’ailleurs) fascinée par l’énorme calculette d’un honnête trésorier français de passage à Beja en Novembre 1996 en compagnie de trois autres débauchés à bord d’un minicar Volkswagen de couleur rouge sombre immatriculé 6996 SEX 69. Le monstre en question est toujours recherché par Interpol (et la Faculté de Médecine) ainsi que ses complices.

Enfin, Anne M., c’est la plus belle, elle sait tout faire et en particulier la cuisine, le bricolage, les pâtes à tout et n’importe quoi et le bonheur de Laurent qui est fou d’elle. Mais je ne veux pas en dire plus pour ne pas faire de la peine aux fiancées de mes copains.

La bonne surprise

Aujourd’hui pendant le cours de musique, le proviseur est venu nous annoncer qu’à l’Ascension, bande de petits veinards, on allait partir en voyage culturel à Rome, berceau de notre civilisation ! « On n’est plus des bébés, on aurait préféré Euro-Disney » a dit Francis ; « Sûrement pas, j’y suis déjà allé et je ne veux pas refaire Space Mountain » a dit Laurent qui n’avait pas l’air content du tout et nous, on n’a pas très bien compris pourquoi, parce que d’habitude, Laurent, les gamineries, il est plutôt amateur. Et puis le proviseur il nous a présenté la maîtresse qui allait nous accompagner à Rome. Elle avait un air très gentil et elle a dit :

« Je m’appelle Livia, et vous ? ».

« Nous, pas » a répondu Laurent.

Ça, ça l’a pas faire rire du tout la maîtresse mais, pour détendre l’atmosphère, elle a dit : « Vous avez de la chance de visiter Rome avec moi, car je suis italienne à 50% et française à 50% !». « Et bavarde à 100% » a cru bon d’ajouter Richard qui, en matière de bavardage, n’avait pourtant de leçon à donner à personne.

« Vous allez voir les plus beaux joyaux de notre culture comme les fresques de Mickey l’Ange à la Chapelle Sixteen, le Forum et le vrai Rome, le Sauna au clair de lune etc etc etc… ». Laurent, il a demandé si Mickey l’Ange c’était le même que celui d’Euro-Disney parce que, si c’était le même, il préférait rester chez lui.

A SUIVRE…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *