Expressions toutes fêtes

Moi, vous me connaissez, je ne ferais pas de mal à une moule ! Pourtant, c’est vrai, un jour j’ai pété les ponts. Qu’est-ce que vous voulez ? Je suis pas un Béni Wi Fi ! Vous n’avez pas oublitéré, quand même ! Rappelez-vous, ça avait défrayé la comique. C’était pendant l’horaire d’une profonde nuit. Je venais de retrouver mon frère dans une explosition de peinture. Il parlait avec l’artiste. C’était du vrai char à bras. Moi, ça m’a mis la pisse à l’oreille et j’ai bien vu que son intelligence artificielle n’arrivait pas à cacher sa connerie naturelle. Alors, j’ai fait ce que vous auriez fait à ma place : battre le frère tant qu’il est chaud. Je sais bien que je n’aurais pas dû blanchir le Rubicon, mais qu’est-ce que vous voulez, errare humanum ouest. Ça a mis le feu aux poutres. Mais quand la fille a pris sa défonce et qu’elle m’a traité d’homme des casernes, ça m’a fait sortir de mes gants : je lui ai tracassé ses lunettes de sommeil. Elle s’est mise à pleurer comme un bas de laine et ça a fait dégouliner son masque à rat. Tout ça, c’était couru de fil de blanc, sûr comme Dieu et Dieu font quatre !

4 réflexions au sujet de « Expressions toutes fêtes »

  1. ou l’étincelle qui fait déborder le vase.
    Coïncidence : je viens d’en entendre une à la radio : C’est l’Hôpital qui se fout de la Charentaise.

  2. Hey Pépé Jim! À 8h31 t’é d’jà bourré comme un coin ma parole. Combien de foi à te répéter « pas d’alcôve le matin ». Et puis, mon foie, ça ne regarde que ton toit!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *