¿ TAVUSSA ? (52) : La démocratie, ça ne marche pas

Avant-hier, Jeudi, Emmanuel Macron, Président de la République, a reçu en entretien privé Laurent Wauquiez, Président des Républicains, le parti qui descend, c’est le cas de le dire, de celui qui a dirigé la France pendant la plus grande partie de l’après-guerre. Et BFM nous apprend que le premier sujet abordé par L.W. — au grand agacement d’E.M., est-il précisé — c’est la limitation de vitesse sur les routes, récemment portée de 90 à 80 Km/h.
On est ici tout de suite frappé par le sens de l’Intérêt Supérieur de la Nation qui étreint le président du parti qui se fait actuellement littéralement bouffer par le Rassemblement National. En ces temps de troubles civils, d’incertitude économique, d’hésitations morales et de pentes savonneuses vers l’extrême droite, c’est vraiment ce qu’il faut à la République : rétablir les 90 km/h sur les routes à chaussées non séparées.
Mais le plus troublant, c’est que, tous partis confondus, les Français sont en majorité opposés à cette limitation à 80 km/h (Sur ce sujet vous pouvez relire mon article du 26 juin dernier ) . C’est bien pourquoi L.W., bien qu’il s’en moque car il fait sauter ses contraventions, soutient ce point essentiel pour la République. Troublante et atterrante aberration de la démocratie….

A propos de démocratie, mercredi dernier à Davos, Fang Xinghai, vice-président de la Commission chinoise de réglementation des valeurs mobilières — ça n’a pas l’air comme ça, mais c’est vachement important — a déclaré devant une assistance médusée :
« Vous devez reconnaître que la démocratie n’est pas quelque chose qui fonctionne très bien. »

Un grand merci à Monsieur Xinghaï qui nous remet ainsi devant les yeux une évidence : la démocratie, ça ne marche pas très bien. Le problème, c’est que c’est le seul régime acceptable —Je ne vous ferai pas l’injure de vous rappeler le célèbre aphorisme que Winston Churchill a proféré en 1947 à ce sujet.

La démocratie telle qu’elle existe encore aujourd’hui dans une partie du monde occidental, c’est vrai que ça ne marche pas très bien. Cela permet aux philosophes, universitaires, intellectuels, artistes et autres directeurs de conscience de la critiquer jour après jour, par amour de l’art, par habitude, par souci de la perfection ou simplement pour faire marcher leur commerce… Il arrive parfois qu’ils aient raison.
Les extrémistes, les anarchistes, les communistes, les populistes, et d’une manière générale, les simplistes de tous bords la voue aux gémonies. Ils en réclament une nouvelle, une qui soit plus à leur goût, une du genre démocratie populaire ou, plus chic, une à la mode République athénienne, avec discussion, délibération et vote de tout et de n’importe quoi par le peuple tout entier — en oubliant, volontairement ou pas, que les Athéniens avaient une notion plutôt restrictive de ce qu’est un peuple tout entier).
Fang Xinghai a raison : c’est vrai, la démocratie actuelle ne marche pas très bien, mais, faute de mieux, la plupart du temps, on s’en contente et après tout, on aimerait bien la garder encore un peu. Mais ça ne sera pas facile, parce que, le problème avec elle, c’est qu’elle donne à ses adversaires toutes les armes qui leur sont nécessaires pour la mettre à bas : la liberté de la presse, la liberté de se réunir, de penser, de manifester, de voter et même (même !) celle de s’informer sur Fakebook. C’est regrettable pour elle, c’est dangereux, c’est même suicidaire, mais c’est comme ça, il n’y a rien à faire. Retirez-lui un de ces éléments, et elle meure.

Depuis des mois, en France, les responsables des partis de gouvernement s’intéressent plus aux limitations de vitesse qu’à la préservation des institutions, les Gilets Jaunes clament sans vergogne sur les ronds-points défouloirs qu’ils ne s’informent plus que sur Fakebook et sur Russia-Today-RT-France, tandis que BFM commence seulement à réaliser qu’ils ont joué aux apprentis sorciers en flattant la bête.
C’est dire si elle est danger, notre démocratie.

Bien sûr, on peut se dire qu’il n’y a pas que chez nous que c’est comme ça : aux USA, le Président des USA, menteur cynique et invétéré, flatte continuellement et par pur intérêt financier les instincts les plus bas de ses électeurs, au Royaume Uni les Brexiters reconnaissent, bien obligés, avoir menti effrontément à leurs électeurs sans que cela ne dérange le moins du monde ni les menteurs ni leurs électeurs, en Italie… en Pologne… en Hongrie… en Autriche… en Turquie…
On peut se dire ça, bien sûr. Mais vous ? Ça vous rassure ?

4 réflexions au sujet de « ¿ TAVUSSA ? (52) : La démocratie, ça ne marche pas »

  1. Je pense bien moi aussi que les démocraties dans le monde occidental sont mal en point. Pas toutes pour les mêmes raisons de mon point de vue. Pour la France, je pense que la faute en incombe pêle mêle à la vénération populaire de l’Etat Providence et à la lâcheté démagogique des gouvernements successifs qui ont déresponsabilisé les citoyens en octroyant toujours plus des “droits à” de toutes natures (bien au-delà des droits essentiels acquis: santé, éducation, sécurité, justice, circulation, opinion, manifestation, grève, etc), les diverses minorités revendicatrices obtenant chacune satisfaction par la prise en otage du pays. Et voilà que maintenant des minorités s’en prennent au principe fondamental de la démocratie représentative. C’est un comble! C’est comme le chien qui mort la main qui vient à donner moins! Évidemment, les raisons sont multiples, soit l’incomprehension du principe républicain (par manque d’éducation et de culture peut-être), soit la recherche d’une démocratie populaire directe genre ochloctatie (gouvernement par la foule, RIC, etc), soit la quête d’un régime dictatorial (prolétarien, fasciste ou autre), soit l’obeissance à des préceptes autres que les lois républicaines (religion par exemple), soit le j’m’en foutisme, soit, et c’est plus grave, la crédulité et la sujétion aux manipulations et rumeurs militantes organisées par des pros (partis politiques mais aussi puissances étrangères) autour des raisons déjà évoquées. On est pas sorti de l’auberge les amis!

  2. Eh bé! pour une fois, je reste calme et approuverait plutôt!

    Je ne prendrais pas ombrage du passage suivant, un peu hameçon à requins ou raies électriques:

    « La démocratie telle qu’elle existe encore aujourd’hui dans une partie du monde occidental, c’est vrai que ça ne marche pas très bien. Cela permet aux philosophes, universitaires, intellectuels, artistes et autres directeurs de conscience de la critiquer jour après jour, par amour de l’art, par habitude, par souci de la perfection ou simplement pour faire marcher leur commerce… Il arrive parfois qu’ils aient raison.
    Les extrémistes, les anarchistes, les communistes, les populistes, et d’une manière générale, les simplistes de tous bords la voue aux gémonies. Ils en réclament une nouvelle, une qui soit plus à leur goût, une du genre démocratie populaire ou, plus chic, une à la mode République athénienne, avec discussion, délibération et vote de tout et de n’importe quoi par le peuple tout entier — en oubliant, volontairement ou pas, que les Athéniens avaient une notion plutôt restrictive de ce qu’est un peuple tout entier. »

    Je ne me lancerai pas non plus dans le débat concernant le rapport ou non-rapport de la vitesse sur les routes et la politique. En principe, un bon code de la route est a-politique! On se souvient que l’on a souvent associé ‘les trains qui arrivent à l’heure’ au fascisme… dans ce cas, la Suisse, réputée pour fabriquer les meilleurs chronomètres, serait un pays fasciste qui fonctionne par référendums et ça marche puisque le monde entier fait confiance aux banques helvètes!

    Bon, trêve de plaisanteries…

    Il faut que je fasse marcher mon commerce ou tout au moins le commerce qui me paye ma retraite au fin fond des bois enneigés…

    Le problème n’est pas que le terme « Démocratie » soit un mot ‘valise’ ou ait une signification floue. Le problème est que chaque être humain (qu’il soit pour ou contre) lui confère un sens unique (retour au code de la route) que nul autre ne partage!

    Si votre conjoint ou conjointe vous demande ce que vous aimez en lui ou en elle ou entre les deux et que vous ayez la mauvaise idée de répondre sincèrement… votre hymen cessera sur le champ même si vous ne déconnez pas! L’amour charnel ne pallie point les bévues de l’esprit!

    Le problème est que chaque être humain a une conception qui lui est spécifique (qu’il est d’ailleurs rarement en mesure d’exprimer lui même et, sil y parvient, son interlocutrice ou …cuteur est rarement en mesure de la comprendre de façon compatible!) de tous les symboles autour desquels nous nous agglutinons en sociétés.

    « À chacun sa vérité! » (JIM) nous disait Jean Anouilh, mais aussi à chacun sa philo, son coco, etc. et évidemment à chacun sa démocratie. Toutes les ‘Narratives’ (en anglais dans le texte) n’ont de sens que pour le narrateur (qui souvent se trompe) et celui qui croit comprendre (forcément différemment) les termes ou propos qui la composent ainsi que la grammaire qui les articulent ou structurent.

    Depuis qu’ils parlent pour mentir, les êtres humains s’entretuent sans vergogne sans savoir pourquoi… seul le flou permet de se distancier des ennemis et de regrouper des armées pour les combattre. Précisez les choses et il n’y a plus que divorces et mutineries, jacqueries et ronds points de gilets jaunes se mordant la queue!

    Il est marrant que le processus, la méthode, l’instrument par lesquels les êtres humains agissent et interagissent ne préoccupe personne! On fait de grands DÉBATS-lages mais nul ne sait comment rafistoler tout ça!

    Le boutiquier de la communicologie … qui, faute de clients… va bientôt la fermer…
    à moins que le dieu en qui il ne croit pas lui prête encore un peu de vie!

  3. De tous les modes de gouvernement, la démocratie sera toujours le moins pire, et il est fatal qu’elle évolue en démocratie de sondages, qui ne rendent qu’un bruit de fond, lequel couvre celui des projets. Faut-il s’en plaindre lorsque les projets deviennent fous eux aussi ?
    Ne reste plus alors que la complainte pour meubler le temps. C’est ce qui nous arrive, alors que la Chine est bourrée de projets.
    Les français d’aujourd’hui sont fainéants, geignards et envieux, ils préfèrent être pauvres et malades que riches et bien portants : Chacun a la démocratie qu’il mérite, la nôtre n’entrera pas dans l’Histoire car elle est stérile, malingre et podagre.

  4. Je n’ai rien à ajouter, c’est mon opinion et je la partage! Il n’y a pas que BFM qui se rend compte enfin qu’ils ont joué les apprentis sorciers. Nombre de journalistes de tous bords, et surtout les propagateurs des chaines TV grand public (?), commencent à réaliser et à se lamenter que leur métier est en train de se faire doubler par les réseaux sociaux à force d’avoir préférer les polémiques à la vérité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *