Ah ! Les belles boutiques – 33

Ministère du Travail
127 rue de Grenelle Paris 7
Construit en 1770 pour le Comte du Chatelet qui fut guillotiné vingt-trois ans plus tard, l’Hôtel du Chatelet abrita successivement plusieurs commerces intéressants : l’Ecole des Ponts et Chaussées, l’ambassade de l’Empire Ottoman, celle de l’Empire d’Autriche, l’archevêché de Paris, et enfin le ministère du travail.
Pour l’instant c’est madame Péricaud qui tient la boutique.
Aujourd’hui, sur cette photo, vous ne verrez que le portail de ce bel hôtel néoclassique, parce que le ministère du travail est fermé. Il faut dire qu’il est déjà 17 heures.

La série « Ah ! les belles boutiques »
L’objectif : rendre hommage aux commerçants qui réussissent à conserver l’aspect traditionnel de leur façade de magasin, et les encourager à persévérer.
Le contenu : une photo de la devanture d’un magasin, avec si possible l’adresse et, très éventuellement, un commentaire sur la boutique, ou son histoire, ou son contenu, ou sur l’idée que s’en fait le JdC.

 

ET DEMAIN, L’ESPRIT PARISIEN, INIMITABLE

4 réflexions au sujet de « Ah ! Les belles boutiques – 33 »

  1. Une belle porte en effet, destinée à être défoncée avec un engin de chantier par ces fous furieux revêtus d’un gilet jaune.

  2. Coïncidence surprenante.

    Contemplant, sur l’écran de mon nouvel ordi, le portail fermé de l’hôtel particulier du décapité comte du Châtelet, devenu pour un temps, École des Ponts et Chaussées qui a donné à Philippe la tête du haut de laquelle il nous dépasse tous, je tombe simultanément, grâce à l’écran de mon vieil ordi, sur la porte du Secrétariat d’État où se trouve les bureaux du porte-parolat (sic Le Monde) (101 rue de Grenelle) grande ouverte par un belier ingénieusement improvisé par un gilet jaune habitué aux chantiers dirigés par les diplômés des Ponts. Si l’on ne travaille pas au ministère de ce nom, on s’active beaucoup dans le 7ème, les Samedis. Peut-être qu’au 9ème acte de ce rituel, on verra au bout de piques âgées de 260 ans, les têtes de Benjamin Griveaux (qui aura alors perdu la parole de la République) à côté de celles de Christophe Castaner et du Prince Édouard Philippe qui, tous trois, me font penser au Capitaine du Bounty!

    Les ‘Déplorables’ (selon Madame Clinton) font tache d’huile sur le monde occidental!

    Bonne nouvelle, alors qu’en Hongrie, ils sont au pouvoir, d’autres veulent les en détrôner…

    Il semble que le vaisseau spatial ‘Terre’ entre dans une ère de mutineries permanentes!

  3. Un palais d’ancien régime, confisqué par la République, reconverti en Ministère du Travail fermé à cinq heures en plein marasme du chômage, en attendant d’être vendu aux chinois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *