Écho de la naissance des mondes – Critique aisée n°138

Critique aisée n°138

Écho de la naissance des mondes

A l’occasion du 10ème anniversaire de sa réouverture , le Collège des Bernardins a accueilli dans sa nef une œuvre d »Abdelkader Benchamma. C’est un gigantesque dessin sur lequel vous pourrez marcher. Je n’en dis pas plus, regardez, c’est splendide, le lieu comme l’œuvre. Si vous passez dans le quartier Maubert-Mutualité, entrez au Collège pour quelques instants, c’est saisissant.


Vous pouvez aussi CLIQUER ICI pour voir la video.

Echo de la naissance des mondes – du 4 octobre au 10 novembre
Collège des Bernardins, 20 rue de Poissy, 75005 Paris.
Du lundi au samedi de 10h à 18h. Fermé le dimanche et les jours fériés.
Visite libre de la nef et de l’ancienne sacristie (sauf pendant les montages et les démontages d’expositions ou d’événements).

ET DEMAIN, VOUYS PASSEREZ DU COLLEGE À LA BIBLIOTHÈQUE

 

 

4 réflexions au sujet de « Écho de la naissance des mondes – Critique aisée n°138 »

  1. Je n’avais pas consulté le lien avant de rédiger mon commentaire ce matin. Je viens de le faire mais il ne m’a pas convaincu. C’est la rhétorique pédagogique habituelle pour justifier une œuvre artistique somme toute abstraite. “L’origine du monde “ de Courbet que je n’avais pas comprise quand je l’ai découverte m’a, la maturité venant, donné beaucoup plus à réfléchir sur le tableau lui-même comme sur la motivation de Courbet que l’écho ci-dessus.

  2. Je ne saurais donner de meilleure explication, ou plutôt de meilleur commentaire que ce que l’on peut voir dans la video dont j’ai donné le lien dans le texte ci-dessus.
    Moi qui sort de l’exposition Basquiat à la Fondation Louis Vuitton, dont je dirai surement bientôt toute l’indifférence qu’elle m’inspire, je ne peux que conseiller d’aller marcher au calme sur cette installation tant qu’elle est encore là.

  3. Plein de questions épistémologiques, bien sûr, et c’est certainement le but de cette expression artistique.
    Le réel (dont nous ne savons encore rien), ne se laisse approcher que par les équations, en attendant l’équation ultime d’unification.
    L’artiste semble ici s’essayer à rendre compte des fractales. Mais pourquoi tout ce gris-noir alors que l’univers est photons et longueurs d’onde, lumière et couleurs ?
    Le lieu se prête à merveille au projet par son architecture qui traduit forces et énergie fondamentales.
    Etc…etc…

  4. Le Collège des Bernardins est en effet un très espace splendide propice à la reflexion. Le dessin d’Abdelkader Benchamma, que je ne connais pas, un artiste je suppose, pourquoi pas, intéressant. Mais, produit au sol pour être piétiné, avec une explication pour moi incompréhensible, évoquant la réflexion d’un son, ou bien d’un bruit qui court, concernant la création des mondes, mais lesquels? tout ça m’échappe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *