4 réflexions au sujet de «  »

  1. Oceano Nox! Bravo Jean d’avoir fait appel à ce bon vieux Victor. C’est un très beau poème pour illustrer la mer et les marins, ces hommes qui ne sont ni morts ni vivants selon Aristote.

  2. Tiens, j’avais pas vu ton commentaire, Jim ! On est irrésistiblement attirés par les grands textes, ânonnés sur les bancs de l’école. Au moins, on avait quelques lettres….

  3. « Oh combien de marins, combien de capitaines
    Qui sont partis joyeux pour des courses lointaines
    Dans ce morne horizon…. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *