3 réflexions au sujet de « À Ré »

  1. C’est une très belle photo esthétiquement mais également symboliquement avec ses trois éléments essentiels: la mer, bien sûr; les bateaux, ils sont fait pour aller sur elle; et le phare, sans lui point de salut! Enfin, autrefois avant les GPS. La mer est plus dangereuse près des côtes qu’à mille miles d’elles comme l’aurait dit Joseph Conrad. Et justement, sur cette photos manquent les marins, c’est vrai, mais on sait qu’ils sont là puisqu’il y a les bateaux. Ce qui me donne une fois encore l’occasion de rappeler ce vieil adage d’Aristote: il y a trois sortes d’hommes, les vivants, les morts et ceux qui vont sur la mer. Les phares ont souvent joué un rôle décisif dans la destinée des derniers cités.
    Après ces considérations philosophiques, j’en viens à une autre observation sur ce cliché photographique. Des trois bateaux présents, tous trois à voile, l’un d’eux, celui de gauche a particulièrement attiré mon regard car il est typique, historique et même mythique. C’est un voilier ancien de la côte est des Etats-Unis qu’on nomme là-bas Cape Cod Catboat, c’est-a-dire un petit cotre à une seule grand-voile. C’étaient à l’origine des petits voiliers de travail pour la pèche côtière, devenus ensuite des bateaux de plaisance. S’il en existe encore beaucoup là-bas (à voir en particulier au remarquable musée de Mystic Seaport) je doute fort que celui de la photo en soit un d’origine. Il s’agit très probablement d’un Pabouc, une copie made in France (curieusement, la copie d’un produit en Amérique s’appelle communément a copy cat, bizarre non?), construite dans le Finistère en matériaux composites, très astucieuse techniquement car sa stabilité est assurée par un système à ballast.
    Très belle photo!

  2. YouTube‎ · ‎Bass_Man62

    « Quand la mer monte
    J’ai honte, j’ai honte… »
    avec ce vieux Raoul de Godewarsvelde, une force de la nature.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *