Mission Impossible-Fallout – Critique aisée n°129

Critique aisée n°129

Mission Impossible – Fallout
Christopher McQuarrie – 2018
Tom Cruise etc…

Un thème musical toujours sensationnel, une longue et fantastique poursuite automobile dans Paris, des cascades aériennes vraiment irréalistes, des acteurs figés dans leurs personnages caricaturaux et enfin, enfin, un scénario totalement incompréhensible.

C’est complètement nul, mais on a l’habitude.

Heureusement, il y avait l’air conditionné.

4 réflexions au sujet de « Mission Impossible-Fallout – Critique aisée n°129 »

  1. Bon! En dépit de divers avis que je considère compétents qui déconseillaient ce film, je suis allé le voir par curiosité. Par curiosité parceque l’une des cascades se déroulait dans ma rue, sous mon balcon. La préparation a duré deux à trois jours au moins. J’ai filmé avec mon iPhone la cascade elle-même, une percussion entre Tom Cruise sur sa moto et une voiture. Grosse déception, dans le film la scène dure à peine une seconde et j’ai à peine reconnu les lieux. Tout ça pour dire que ce film est effectivement trop… (chacun ajoutera la qualificatif qui lui convient).

  2. Mais toujours Paris avec sa Tour Eiffel, le grand fantasme et admiration de nos amis d’outre-atlantique, qu’on ne doit pas leur reprocher.

  3. Y aurait-Il quelque part une ville, un village ou un trou perdu dont aucun cinéma ne programmerait le dernier navet de Tom Cruise ?

  4. Les parisiens auront toujours cet avantage sur nouzautres, vulgus pecum, de pouvoir assister aux projections de films nouveaux sortis dès leur sortie précisément. Avantage que nous pouvons compenser par la sortie des premiers perce-neige. En même temps, comme dirait le grand macron, nous leur devons une fière chandelle de nous permettre d’éviter les nanars, qui constituent il faut bien le dire une véritable pollution visuelle.
    Un grand merci, donc, aux parisiens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *