Caligula fait un pont

Morceau choisi

 Successeur de Tibère, probablement assassiné, Caligula règna moins de quatre années (de 37  à 41). Il fut assassiné par des soldats de sa garde. Son oncle Claude fut mis sur le trône, à son corps défendant, par cette même garde prétorienne. Difforme, alcoolique et réputé idiot, Claude fut pendant quatorze années un excellent empereur avant de mourir assassiné à son tour. C’est Néron qui lui succéda. Après quatorze années de règne, Néron se suicida, ce qui, bien entendu, empêcha qu’on l’assassine.

Un jour, Caligula fit un pont. Extravagance, gesticulation politique, superstition, va savoir … C’est Suétone qui raconte :

Le genre de spectacle qu’il imagina quelque temps après est incroyable et inouï. Il jeta un pont de Baïes aux digues de Pouzzoles, sur une longueur de trois mille six cents pas (1). À cet effet, il réunit de toutes parts des bâtiments de transport, les mit à l’ancre sur une double rangée, les couvrit de terre, et leur donna la forme de la voie Appienne.  Pendant deux jours, il ne fit qu’aller et venir sur ce pont. Le premier jour, il montait un cheval magnifiquement harnaché et portait une couronne de chêne sur la tête, armé d’une hache, d’un bouclier, d’une épée, et couvert d’une chlamyde dorée. Le second jour, il conduisit en habit de cocher un char attelé de deux chevaux célèbres. Il était précédé du jeune Darius, l’un des otages des Parthes, et suivi de ses gardes prétoriennes et de ses amis montés sur des chariots. Je sais que la plupart ont cru que Caligula n’avait imaginé ce pont que pour imiter Xerxès qu’on avait admiré, lorsqu’il traversa de la même manière le détroit de l’Hellespont, moins large que celui de Baïes. D’autres ont pensé qu’il voulait effrayer par une entreprise gigantesque la Germanie et la Bretagne qu’il menaçait de la guerre. (4) Mais, dans mon enfance, j’ai ouï dire à mon aïeul que la cause de cette construction, s’il en faut croire les serviteurs les plus intimes du palais, était une prédiction du devin Thrasylle, qui, voyant Tibère inquiet sur son successeur et montrant plus de penchant pour son petit-fils selon la nature, lui avait assuré que Caius ne serait pas plus empereur qu’il ne traverserait à cheval le détroit de Baïes.

Note 1 : 2700 mètres

ET DEMAIN, LA GRANDE LESSIVE

5 réflexions au sujet de « Caligula fait un pont »

  1. Il y a toute une symbolique dans les ponts, à commencer par une symbolique religieuse (dans toutes plus ou moins) qui est celle du passage dans l’au-delà. Caligula envisageait-il sa fin inéluctable?
    En tout cas, de tous les ouvrages d’art comme on dit, les ponts, quelqu’ils soient, petits ou grands, en pierre ou en métal, sur piles ou suspendus, en ville ou en campagne, les ponts sont ceux qui me fascinent le plus et m’en font prendre inévitablement une photo si j’ai avec moi l’outil adéquat.
    Et puis j’aime la chanson très poétique de Brassens qui commence par « il suffit de passer le pont… »

  2. « Je me suis senti d’un coup un besoin d’impossible », c’est ce que fait dire Albert Camus à Caligula dans la pièce éponyme.

  3. Cela me fait furieusement penser à un certain Donald. Mais n’est-ce pas le propre des oeuvres surhumaines ? N’est-ce pas un acte de folie ordinaire ?
    Ou l’histoire de celui qui construisit un pont, et chercha ensuite une rivière à faire couler dessous ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *