4 réflexions au sujet de « Pierres sèches »

  1. Ah! l’ineffable règle des pluriels
    Cause de multiple péchés, pas si véniels!
    Pas de S à hibou genou caillou
    Pas plus qu’à hou joujou chou et pou
    Qui arborent au pluriel un X
    Aussi fièrement qu’un X
    Frais émoulu de l’Ecole Polytechnique
    Porte un bicorne excentrique.
    Et que dire des amour délice et orgue
    Masculins quand ils sont un mais sans morgue
    Féminins quand ils se multiplient
    Une mutation admise sans faire un pli.
    Ces exceptions dont d’aucuns
    Dénoncent le carcan non républicain
    Réclament leur extermination
    Celle des accents par la même occasion
    Sous prétextes qu’elles sont clauses abusives
    Et militent pour l’adoption de l’écriture inclusive.
    Notre langue n’est pas simple, elle est exquise
    Elle est la bohème de Baudelaire, qu’on se le dise
    « Cette bohème là, c’est mon tout, ma richesse,
    Ma perle, mon bijou, ma reine, ma duchesse. »
    Chérissons-la!
    Défendons-la!
    Aux armes citoyens!

  2. Le beau mur en vérité
    Tire-la tire-la tire la dondaine
    L’avons-nous bien mérité
    Tire-la tire-la tire la dondon.

  3. Jolie réflexion, un vrai petit bijou
    Sur ce qui n’est vraiment qu’un tas de vieux cailloux !
    On ne criera pas hou ! comme fait le hibou
    Car ces rimes seraient à tomber à genoux
    Si l’on n’avait pas peur de choir dans les choux.

  4. Ce mur en pierre sèche
    Me parait bien rêche
    Pas la photo pour sûr
    Non! lui, le mur
    Qui n’est pas moche
    Et fait de belles roches
    Fier de son âge mûr
    Qu’il porte avec allure
    Comme son créateur le vieil Antoine
    Qui n’était autre qu’un ilien moine
    Mais pourquoi ce Lundi matin
    Tel un malin mâtin
    Me rend-t-il perplexe
    Son accent? pourtant pas circonflexe
    Non! il sèche il est grave
    Grave comme un Scandinave
    Grave et non pas aigu
    Comme la chanson de Nantes à Montaigu
    Que j’aime siffler allègrement
    Quand je m’en vais fièrement
    Avec sur l’épaule ma canne à pêche
    Taquiner la tentaculaire seiche
    Tiens! ce i ici m’intrigue
    Et je chante ‘la digue la digue…’

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *