7 réflexions au sujet de « Lapin posé »

  1. C’est fou en effet ce qu’un gentil lapin peut faire parler et provoquer des associations d’idées, et pas seulement en matière de littérature d’ailleurs. De gastronomie par exemple et les recettes cunicoles sont nombreuses: lapin chasseur ou lapin aux pruneaux bien sûr, mais un Garenne de l’Ile au Moine fera immédiatement penser à la recette du “lapin à la trappiste”, en réalité à la bière trappiste, une recette à consommer avec modération pour ne pas devenir “gras comme un moine”. Bizarrement, un gentil lapin me fera penser au bunny rabbit, et de là aux bunnies, et des bunnies à Trump. Dump Trump!

  2. Comme quoi à partir d’un simple Garenne de l’Ile aux Moines, on peut etre amené à parler de la grande littérature. C’est admirable (de lapin).

  3. Ayant beaucoup aimé ces histoires de contrebande d’alcool racontées innocemment par un petit garçon qui avait appris à lire dans les journaux de pronostics de courses de chevaux, je craignais un peu que le film de Jean Yanne ne soit pas à la hauteur de ce chef d’œuvre de la Série Noire. Mais non, malgré son côté un peu inachevé commun à tous les films de Yanne, je n’avais pas été déçu par celui-là.
    Pour ceux qui ont aimé « Fantasia… », ils peuvent toujours lire, toujours dans la Série Noire, « Aux urnes, les ploucs ! », la suite, moins surprenante, mais qui comporte quand même quelques jolis morceaux de bravoure.

  4. Le lapin n’inspire pas que les photographes, mais aussi les humoristes et les écrivains entre autres. Pierre Doris donnait ce conseil en chasseur averti: planquez-vous derrière un arbre et imitez le cri de la carotte. Bon! c’est pas méchant. Beaucoup plus désopilant est le roman noir de Charles Williams “Fantasia chez les ploucs” (en VO “The diamond bikini”) qui fait raconter par un petit garçon de 7ans une chasse aux lapins chez son oncle Sagamore Nooman où les chasseurs sont en costume-cravate, portent des chapeaux mous et des mitraillettes en bandouliere. Jean Yanne en fit une adaptation cinématographique en VF, mais qui ne valait pas le roman de Charles Williams.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *