Do you Shakespeake ? (Critique aisée 28)

Il faut bien le dire, le grand William avait une drôle de façon de s’exprimer. Pour rendre ses œuvres plus accessibles aux élèves des lycées, c’est-à-dire, selon Pierre Desproges, ceux qui savent lire dès l’âge du permis de conduire, l’Education Nationale a décidé de faire remplacer une douzaine d’expressions élisabéthaines particulièrement obscures par les traductions suivantes :

1Marcher contre le vent de la raison: S’apprêter à faire une connerie. (Antoine et Cléopâtre)

2Il se rit des plaies celui qui n’a jamais reçu de blessure: Tu feras moins le malin quand ça t’arrivera ! (Roméo et Juliette)

3Si c’était fait lorsque c’est fait, il faudrait le faire tout de suite: Ah! Si ça pouvait être fini avant que ça commence! (Macbeth)

4-L’horloge me reproche le temps perdu : Mon Dieu, je suis en retard ! (La Nuit des Rois)

5Voici l’hiver de notre mécontentement: Ah!  Ben, ça va beaucoup mieux! (Richard III)

6-Un monstre n’est jamais achevé: le pire des salopards peut toujours empirer. (Le roi Lear)

7-L’enfer est vide et tous les diables sont ici : les gens sont méchants (La Tempête)

8Le souffle froid des mots glace les flammes de l’action: Tais-toi et cogne. (Macbeth)

9-Les cordages avec lesquels ma vie faisait voile ne sont plus qu’un fil, un cheveu: je vais craquer bientôt. (Le roi Jean)

10-Le ciel sait par quels sentiers obliques j’ai conquis cette couronne:je suis ici par la volonté du peuple (Le Roi Jean)

11-Être ou ne pas être, telle est la question: j’y va-t-y, j’y va-t-y pas? (Hamlet)

12La vie est un conte, plein de bruit et de fureur, racontée par un idiot et qui ne signifie rien: J’ai rien compris à c’qui s’est passé, mais j’en ai pris plein la gueule ! (Macbeth)

Une réflexion au sujet de « Do you Shakespeake ? (Critique aisée 28) »

  1. Excellent! Très bon choix et belles mises à jour ironiques! La 12 (VO) me plaît beaucoup et pourrait servir de sous titre au livre sur lequel je travaille pour faire l’éloge de l’incommunicabilité! Par contre, je garderai la version originale, les traducteurs ou traductrices « win or loose something in translation… »
    Par certaines traductions on croirait du Montaigne!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *