La Chine n’est plus aux antipodes !

Contrairement à ce qu’on vous avait dit dans votre tendre enfance, si vous creusez à la verticale suffisamment longtemps, ce n’est pas en Chine que vous sortirez la tête mais, sauf erreur de trajectoire, en Nouvelle Zélande et, plus précisément, dans ses eaux territoriales.
En effet, les antipodes de chaque petit morceau de notre Hexagone se trouvent dans les profondeurs de l’Océan Pacifique, à l’Est-Sud-Est de la Nouvelle Zélande.
Dans cette zone, la seule terre ferme est formée des quelques cailloux des Iles Bounty, antipode exact du petit village de Bouillé-Ménard, dans le Maine-et-Loire.

Étonnant, non ?

Plus étonnant encore, les points communs entre Bouillé-Ménard et les Iles Bounty :

Iles Bounty
Découvertes en 1788 par le William Bligh, capitaine du vaisseau Bounty, connu pour sa mutinerie.
Surface : 1,3 km2
Habitants : aucun
Spécialité locale : rochers abrupts, manchots, phoques et albatros.

Bouillé-Ménard
Fondée au XIème siècle par Bernard de Bouillé
Surface : 15,76 km2
Habitants : 741 Bouiléens et Bouiléennes,
Spécialité locale : château du XVIème, veaux, vaches, cochons, couvées.

Alors, vraiment ? Vous auriez aimé vivre dans une ile du Pacifique ? Cessez donc de dire des bêtises !

ET DEMAIN, UN TABLEAU

12 réflexions au sujet de « La Chine n’est plus aux antipodes ! »

  1. Hello R-J, merci de ta compréhension. C’est pas que je sois un nostalgique des diligences, des bateaux à voile et du méridien de Paris, mais je pense que c’était une époque pleine de découvertes remarquables alors que celles d’aujourd’hui me laissent souvent perplexe quant à leur apport au genre humain, Facebook par exemple.

  2. Bonjour Paddy,

    Beaucoup de stimuli dans ce petit paragraphe avec lequel je serais spontanément plutôt d’accord.

    Ma modeste réponse à votre commentaire n’avait pas pour but de défendre Jim.

    Je le connais peu, mais je crois qu’il n’a pas besoin d’un autre débarquement canadien à Dieppe pour le protéger.

    Mon propos était plutôt de voler au secours du relativisme dû à l’arbitraire de nos conventions humaines (l’hôtel Méridien de Pars vs. celui de Greenwich ou le calendrier chrétien vs. l’hébreux ou le musulman ou le confucéen ou celui des Sans Culotte qui me plait plus que les autres avec son Fructidor, se concluant à coup de guillotines en Thermidor… )

    Si la France était vraiment laïque, nous serions en l’an 260, si l’on met le zéro sur la fête nationale et si le méridien de départ et d’arrivée est déplacé du château de Versailles à l’Élysée…

    J’apprécie aussi beaucoup l’idée de pouvoir critiquer sans méchanceté et avec humour les intervenants sur ce site, la réciproque étant attendue avec impatience!

    Ne connaissant pas sérieusement la plupart d’entre-vous (Philippe est l’exception, mais nous avons changés l’un et l’autre… le temps et surtout l’espace nous éloignent comme les continents à la dérive) j’ai préféré respecter la distance en la prenant pendant une certaine durée. D’où la justesse de votre constat, si ‘chinoisement’ formulé!

    Philippe se situe À PEU PRÈS au 49*05 N et 2*26 E tandis que je l’on me trouve, si l’on me cherche noise, un peu plus au sud, – je sais ça surprend – au 45*27 N mais, par prudence, au 73*17 W ou O ce qui me met beaucoup plus à l’Ouest que Jim!

    Mais, comme les amis de mon ami sont mes amis, la confiance règne, même si l’absence de cadres de références communs et surtout la non appartenance DE VISU aux mêmes réseaux de coerséduction (tels que la famille ou les camarades de classe) font de l’incommunicabilité la règle plutôt que l’exception.

    Tout se complique encore un peu plus si je vous avoue que le pays d’où je parle et perçois le monde est ‘hors carte’ (les coordonnées données plus haut sont celles de ma vieille carcasse bien enveloppée) puisque mon utopie, par définition, n’existe nulle part ailleurs que dans mon esprit, encore plus éphémère et volage que ma carcasse!

    En espérant que cet échange de coordonnées ne brouille pas les cartes, je reste votre tout dévoué…

    RJR

  3. Bonjour René-Jean, “long time no see” disent les Chinois. Ce n’est pas la dérive des continents qui fera passer les Îles Bounty de l’hémisphère Est a l’hemisphere Ouest. Moi qui connaît bien Jim, ringard comme il est, et qui sait qu’il ne se tient pas au courant des grandes avancées géopolitiques de ce monde, je pense qu’il a dû tout simplement se référer au méridien de Paris, la seule référence géographique pour les longitudes jusqu’à ce qu’il cède sa place au méridien de Greenwich dont l’écart avec celui de Paris est de 2°20’ouest. Or, par rapport au méridien de Paris les Îles Bounty sont bien dans l’hemisphere Ouest. Bon, il se sera quand même trompé de 0°24’ si j’n’m’abuse, mais Jim est toujours un peu à l’ouest!

  4. Paddy

    La dérive des cons-tinents incontinents s’accélérant à la vitesse grand V, il se pourrait qu’ IN FINE, Jim ait raison! Il n’y a donc pas de quoi l’enfouir sous une pléthore de vocables privilégiés du capitaine Ad Hoc qui ignore tout de l’île Bounty!

    Foi de Loony

  5. Jim, t’es nul en géographie! T’as commis l’erreur sur la longitude des Îles Bounty qui est de 179°02’E et non 179°02’W. Erreur classique quand on est proche du méridien séparant les deux hémisphères Est et Ouest, mais suffisante pour provoquer un naufrage, le tien en l’occurence cette fois. Du coup, Bouillé-Ménard avec ses coordonnées de 00°58’W et 47°44’N est bien très proche de l’antipode des Îles Bounty et ton bled Trôo un trou de balle! Excuses toi espèce de Bachi-bouzouk, flibustier de carnaval, naufrageur…. mille sabords!

  6. Effectivement, il faut être anarcho-humoriste, pour considérer qu’une mutinerie est un « heureux événement! » et, de toute évidence, l’anarcho-humorisité n’est pas ta tasse de thé (HMS official beverage at 5PM!)

    Je n’ai retrouvé que 2 de mes DVDs sur cette histoire de capitaine British qui avait perdu le sens de l’humour de sa natale île.

    la version 1935 de « MUTINY ON THE BOUNTY » reçut « Academy Award Winner, Best Picture ». Clark GABLE y joue le rôle de Fletcher Christian et Charles LAUGHton (qui là, ne rit pas!) celui du sinistre Captain Bligh.

    Dans la version 62 ou 64, Fletcher Muslim (revu et corrigé par Houellebecq est loin) est joué par Marlon Brando aux cheveux blonds vénitiens comme ton humble serviteur et le grand maître du monde. Le capitaine au long cou à pendre est incarné par TREVOR HOWARD.

    Je pense qu’un autre REMAKE a été récemment réalisé et que je l’ai vu à la télé; ce qui m’a donné l’impression que j’en avais 3 versions.

    J’ignorais qu’ourson Welles avait fait, dans la fin des années 30, une émission/reconstitution de cette affaire. Je l’ai cité en pensant à ma tendre enfance et aux durs curés de mon école. Je savais qu’il avait fait une autre émission radio sur la Guerre des Mondes (que nous avions vu, dans sa version cinéma, ensemble)

    Dans tous les cours de com. des allusions sont faites à cette émission dont on a dit à tort qu’elle avait provoqué une grosse panique chez les habitants des grandes villes américaines. On sait maintenant que c’est un pecno de l’Iowa qui, par hasard, traversait New York City avec deux matelas sur le toit de sa camionnette. Il a percuté le cabriolet (convertible) Ford du PDG des soupes Campbell qui sortait de la station de radio où travaillait Welles après avoir acquitté ses frais de ‘commerciaux’ (spots publicitaires radio). Comme le calme paysan de l’Iowa est sorti de son véhicule en disant qu’il n’y avait pas là de quoi ‘paniquer,’ le riche chauffeur de la Ford dénudée (un peu moins riche depuis qu’il avait payé sa pub.) est remonté voir Welles en lui disant que la diffusion de sa ‘Guerre des Mondes’ (qui lui avait coûté cher) avait créé une immense panique aux États-Unis qui ne craignaient pas les Japonais qui préparaient tranquillement Pearl Harbour mais redoutaient les Marsiens! (Qu’ils attendent avec le Messi!)

    Voila donc encore une autre connerie que l’on nous a enseigné dans les écoles de com. pour faire croire que les médias sont aussi puissants que « The Wrath of God! »

    En tout cas le fait que tu aie pu associer Orson Welles au Bounty prouve bien que tout se rejoint en ce bas monde où les antipodes se touchent comme le doigt de Dieu avec celui de je ne sais qui dans La Chapelle Sixteen!

  7. Je ne suis pas certain que tu aies voulu faire allusion à Mutiny on the Bounty, mais en cherchant sur Google, je suis tombé sur l’émission de Welles de 1939 sur ce peu glorieux épisode de la Royal Navy, sponsorisé par les soupes Campbell et précédé d’un message publicitaire. Voici le lien :

    https://www.youtube.com/watch?v=h7LAByHq02M

  8. J’adore tout ce qui commence par « tout ce que l’on t’a appris à l’école ce sont des conneries » (Orson Welles) et se termine par une mutinerie! (J’ai les DVDs des 3 versions hollywoodiennes de cet heureux évènement!) qui, pour certains protagonistes, s’est terminé dans un Cayenne britannique, probablement l’Australie ou la Nouvelle Zélande. Comme quoi tout se rejoint dans le temps et dans l’espace!

  9. Ne rions pas.
    La richesse de ces ilots réside dans les fonds marins qui les entourent. Un jour, on les exploitera pour les métaux rares, incorporés dans les fameux nodules.

  10. Quelques précisions sont ici nécessaires sur les points aux antipodes sinon on risque de faire de grosses erreurs de navigation. Rappelons nous la célèbre réplique du Capitaine Haddock à la recherche du trésor de Rackham le Rouge, répondant aux Dupond/t “messieurs veuillez vous découvrir…. selon vos calculs, nous nous trouvons en ce moment dans la basilique de Saint Pierre à Rome”! Il n’y a pas de doute qu’en creusant verticalement de Bouillé-Ménard en passant par le centre de la terre on ressorte la tête dans les eaux territoriales de la Nouvelle Zélande à proximité des Îles Bounty. Il faudra tout de même nager un bon crawl et échapper aux requins pour y poser les pieds. Inversement, connaissant les coordonnées géographiques des Îles Bounty qui sont (selon l’aire occupée) Longitude 179°02’-179°07’Ouest et Latitude 47°40’-47°45’Sud, il serait intéressant de connaître celles du bled en France à peu près à l’antipode, c’est à dire aux coordonnées approximatives Longitude 00°53’-58’Est et Latitude 47°40’-45’Nord. J’en ai trouvé un, petite cité de caractère dont l’origine remonte à la plus haute antiquité, située dans le Loir-et-Cher sur la tranquille rivière du Loir, que je connais bien, qui nomme Trôo en référence ancienne aux nombreux trous notamment sur les rives du Loir servant de cave ou de maisons troglodytes, et dont les coordonnées géographiques sont 00°46’Est et 47°46Nord.
    Faire ce petit exercice m’a amusé, tout comme l’été dernier, voyant dans mes jumelles Philippe devant la maison où il se trouvait sur l’Ile-aux-Moines dans le Golfe du Morbihan, l’envie m’a pris de lui envoyer un sms avec les coordonnées géographiques de l’emplacement où il se trouvait, sauf que dans la précipitation de la rédaction de mon message j’ai confondu latitude et longitude et ainsi je l’ai situé nageant au large, sans sa bouée canard, parmi les requins, à proximité du bagne de Cayenne!

  11. En somme, rien n’a changé depuis le carbonifère : si on avait creusé quelque part dans la Pangée, on serait sorti quelque part dans la Panthalassa et on aurait rencontré des Mastodonsaurus. Comme quoi la race des abrutis n’est pas près de s’éteindre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *