L’interminable et lamentable histoire des disparus de la rue de Rennes (5)

SI VOUS N’AVEZ PAS LU LES TROIS CHAPITRES PRECEDENTS, C’EST LE MOMENT
CHAPITRE 1      CHAPITRE 2         CHAPITRE 3      CHAPITRE 4

Résumé : Devant la disparition inexpliquée de toute une section de rue de Paris, Madame la Maire se demande à qui elle pourrait bien faire porter le chapeau.

5-Si j’aurais su, j’aurais pas venu

Où l’on verra un député de la Corrèze, mais pas celui qu’on croit, inspirer Anne Hidalgo.

Pourtant, plus elle réfléchissait, plus elle se rendait compte que taire cette affaire était devenu impossible. Trop de monde était désormais au courant : les fonctionnaires de la Mairie parmi lesquels il pouvait toujours rester quelques supporters de l’opposition, les personnes dont les témoignages figuraient dans le rapport de Ratinet, les badauds qui avaient assisté à la stupide visite d’aujourd’hui et parmi lesquels il y aurait bien au moins un journaliste, ou un ami de journaliste, ou un informateur de journaliste, enfin quelqu’un qui parlerait à un journaliste !

De plus en plus consciente de l’impossibilité d’étouffer l’affaire, consciente également de la grande difficulté qu’il y aurait à la faire endosser par l’opposition, Madame la Maire arriva dans son bureau dans un état de nerfs extrême. Après avoir fracassé le portrait officiel du Président de la République contre un radiateur, elle convoqua Hubert Lubherlu à qui elle ordonna de ramasser les morceaux tout en lui passant un savon aussi mémorable qu’injuste. Elle lui reprocha de ne pas l’avoir dissuadée d’organiser ce déplacement en grandes pompes sur les lieux de la disparition. Elle ajouta qu’elle avait toujours trouvé sa façon de se coiffer ridicule et ses bégaiements insupportables. Entre deux sanglots, Lubherlu tentât bien de rejeter la faute sur ce con de Cottard et sur cet abruti de Ratinet, mais cela ne l’empêcha pas de voir sa prime d’intempéries et sa prime de panier de chantier réduite de cinquante pour cent.

Cette sanction n’ayant calmé la Maire qu’à moitié, elle rédigea sur le champ un mémo ordonnant au Service de la Voirie et aux autres services compétents de prendre toutes dispositions pour rendre aux piétons la totalité de la Place de la Concorde.

—Ça leur apprendra qui c’est qui commande ! rugit-elle in petto. Non mais sans blague !

Puis elle se retira dans ses appartements pour y visionner pour la troisième fois ce mois-ci « L’Impératrice Rouge » avec Marlène Dietrich dans le rôle de Catherine II de Russie. Elle trouvait le personnage inspirant. A la fin du film, sa colère était calmée et elle pouvait réfléchir plus sereinement. Bientôt, lui revint en mémoire une phrase de ce député de Corrèze, ministre récidiviste et éphémère de la IVème République, Henri Queuille. Ce politicien expérimenté et cependant homme d’esprit avait un jour déclaré : « Peu de problèmes résistent longtemps à l’absence de solution. » Elle était là, la solution, la vraie, la troisième voie politique quand étouffer l’affaire et faire porter le chapeau à quelqu’un d’autre ne sont pas réalisables. Comment n’y avait-elle pas pensé plus tôt ! Ne rien faire ! Il suffisait de ne rien faire, de laisser les choses en l’état, de faire comme si de rien n’était, de ne pas constituer de commission ni de sous-commission et de ne plus jamais parler de cette disparition.

Sa décision était prise. Après s’être félicité de la vivacité de son sens politique, elle appela son Chef de Cabinet à son domicile.

—Mawouais …

—Allo, Hubert ? demanda-t-elle presque aimablement, car il n’était pas loin de deux heures du matin.

—Mawouais …

— C’est moi.

—Qui ça, mouha ?

—Vous avez bu, Hubert ?

—Qui ça ? Mouha ! C’est pas vwai, j’ai pas bu ! Pas une goutte ! Pwomis, juwé ! Tiens c’est mawant, je pawle comme le planton du twoisième !

—Hubert, vous avez bu !

—Ah, c’est vous, mouha alors…, c’est Not’ Dwame de Pawis …

—Hubert, vous êtes ivre ! C’est dégoutant !

Hubert avait bu, c’était évident. C’était excusable aussi. Après le savon qu’il avait pris quelques heures plus tôt, devant tant d’injustice, il avait décidé de se confier à une bouteille de Marie Brizard. Il l’avait consommée sans eau ni glaçon et, la bouteille achevée, il était passé à la bière tiède. Il venait d’ouvrir l’avant dernière boite du pack quand le téléphone avait sonné.

—Non, pas ivwe, juste un peu fatigué, c’est tout. Faut que j’aille dowmiw. Maintenant, foutez-moi la paix ! Bonsoiw !

—Dites-donc, Hubert, reprenez-vous ! Je vous rappelle quand même que vous parlez à votre Maire !

—Ah, c’est toi, Maman ? Comment ça va, Maman ? C’est vwaiment gentil de m’app…

—Mais non, à votre Maire, bon sang, à votre Maire, je veux dire à votre patronne.

—Oui, Patwonne. Qu’est-ce que vous désiwez, Patwonne ?

—Que vous veniez à la Mairie immédiatement. J’ai des instructions à vous donner. Allez, sautez dans votre voiture et… Non, dans votre état, il ne vaudrait mieux pas. Je vous envoie mon chauffeur. Et que ça saute !

—Ben, Patwonne, j’ai pas vwaimant envie, là. Vous pouvez me wepasser Maman ? Allo, Maman, tu sais, je suis twès, twès fatigué, une petite gwippe peut-êtwe, je sais pas. Tu voudwais bien expliquer à la dame que je peux pas…

A ce moment du dialogue, Madame la Maire était déjà entrée en éruption depuis longtemps. Tout en reprenant son souffle pour hurler un ordre dans le téléphone, elle se rendit compte que toutes les instructions qu’elle pourrait donner cette nuit-là à son Chef de Cabinet seraient oubliées ou transformées ou mal exécutées ou, pire encore, divulguées. Elle envisagea un instant de le réaffecter à la gestion du gravier des jardins publics. Mais à la réflexion, ne valait-il pas mieux conserver à la tête de son cabinet ce jeune crétin d’Énarque qui ne comprenait pas grand-chose aux finesses de la politique plutôt que de le remplacer par un autre jeune crétin d’Énarque, mais qui, celui-là, aurait les dents longues ? Elle se força à raccrocher doucement en se disant que demain, calmement, gentiment, elle demanderait à son petit Hubert d’annuler sa décision sur la place de la Concorde, de récupérer tous les exemplaires du rapport Ratinet, et de ne plus prononcer les mots « Rennes » ou « commission » avant au moins six mois. En quelques semaines tout rentrerait dans l’ordre et personne à la Mairie ne parlerait plus de cette affaire qui pouvait se révéler embarrassante pour tout le monde. Bien sûr restait le risque du badaud informant la presse, mais il était statistiquement supportable. C’est sur cette pensée réconfortante que Madame la Maire s’endormit.

A SUIVRE

POUR LIRE LE CHAPITRE 6, CLIQUEZ ICI


 

2 réflexions au sujet de « L’interminable et lamentable histoire des disparus de la rue de Rennes (5) »

  1. Paddy attendait impatiemment son Spirou du Mardi. Moi aussi! Avant ça, j’attendais fébrilement le chapitre à suivre du Comte de Monte Christo, et avant ca, chaque soir, un nouveau chapitre des Contes des Mille et Une Nuits. L’attente, c’est comme la montée de l’escalier chère à Clémenceau, ça peut être la perspective d’un bon moment à venir. Mais je ne sais pas si c’est Madame Hidalgo ou Philippe que je dois remercier.

  2. Je déclare in petto que ce feuilleton est de plus en plus captivant. J’attends avec impatience la suite chaque fois, comme j’attendais chaque Mardi la parution de Spirou, et j’en oublie mon autre feuilleton préféré du moment qui se nomme La Maison Blanche sous Trump.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *