Dernière heure : Descente de cheval

Dernière heure : Descente de cheval
Lundi 22 janvier

Ma dernière échographie m’a appris ce matin qu’au mollet, j’avais un muscle surnuméraire. J’en ai même deux : un de chaque côté.
Cela viendrait parait-il de la persistance chez environ 6% de la population d’un muscle existant chez le cheval, mais qui a dégénéré puis disparu chez l’homme pour 94% des individus.
J’en déduis que j’ai dû descendre de cheval un peu trop vite.
NDLR

ET DEMAIN, FRAPPEZ AU COIN DU BON SENS

2 réflexions au sujet de « Dernière heure : Descente de cheval »

  1. Quand on descend du cheval, on fait souvent ‘ouf’! Winston Churchill que l’on redécouvre en ce moment (avec le film) et qui était un grand cavalier dans sa jeunesse, avait prévenu: “Le cheval est dangereux devant, dangereux derrière, et inconfortable au milieu”. Mais Winston est remonté en selle en 1940, il est resté à cheval sur ses principes pendant plus de cinq longues années, quelqu’était l’inconfort de la situation, et on lui doit beaucoup. Peut-être avait-il une bonne assiette (à cheval), en plus d’une bonne descente (pour le wisky).

  2. Henni soit qui mal y panse!
    Nous savions déjà être apparentés à cet être d’exception depuis le centaure.
    De plus, beaucoup de femmes et certains hommes en ont déjà la queue, de cheval, voire la culotte… Mais, comme annoncé plus haut, Henni soit qui mal y panse!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *