Une réflexion au sujet de « Nighthawks revisited »

  1. Ce qu’il manque au Palo Café est cette dimension de solitude que Hopper savait si bien rendre dans ses toiles. Peut-être que la solitude a pris une autre forme de nos jours en Amérique, ou bien n’existe plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *