4 réflexions au sujet de « Archéologie du présent »

  1. J’adore Johnny, je ne m’intéressais pas jeune à ces chansons, moi c’était à mes 20 ans le disco » La fièvre du samedi soir » les Bee Gees, et tout les autres Disco car la chanson avant tout pour moi c’est danser et avec le Disco c’est formidable, j’en suis fan, c’est sur le tar que j’ai apprécié son talent, la puissance de son interprétation, la rage de ces chansons, la ferveur de ses fans, le grandiose de ses spectacles, je ne l’ai vu malheureusement qu’une fois au Dôme à Marseille et malheureusement nous étions mal placé derrière une énorme baffle et le son était très mauvais, je regrette de ne pas l’avoir vu à Paris au Stade de France, j’ai été surprise de ma réaction, jamais la mort d’un chanteur ne m’a autant ému, j’ai pleuré tout le w-e, de voir un fan pleuré je pleurais enfin tout le temps, c’est la nostalgie de notre jeunesse qui part, de tous ces fans qui l’adoraient, il faisait parti de la vie de tant de gens, c’était souvent une histoire de famille le père, les enfants, les petits-enfants, bien sur qu’il était populaire, il en faut pour tous les goûts mais il a accompagné tellement de gens dans leurs fêtes, il a donné du tonus à pleins de gens, au lieu de trouver de la force dans la religion les gens trouvaient de la force dans ces chansons, ceux qui est mon cas car je suis athée, enfin je pourrais sans fin en parler !!!!

  2. Je corrige pour les funérailles de notre Johnny: pas de « funérailles nationales », mais un hommage sur les Champs.

    Là, c’est OK, il le mérite à mon humble avis.

  3. Oui, que M.Mme Macron assistent à la messe d’enterrement de M Jean-Marie Smet à la Madeleine, c’est parfaitement compréhensible, y compris un hommage appuyé à la sortie sur sa pugnacité à vivre et chanter, car 55 ans sur les planches ou en studios, c’est exceptionnel.
    Certes, on sait bien que les créatifs (et certaines bêtes politiques, hélas parfois) ne prennent jamais leur « retraite » ( mot dégradant à mon avis car se « retirer » de quoi? et pourquoi donc d’ailleurs ?) de leur plein gré, mais des funérailles nationales comme pour Victor Hugo( là oui ), c’est trop à mon avis.

  4. Le présent c’est aujourd’hui. Alors j’ai ressorti de mon carnet de citations (eh oui! J’en collectionne depuis longtemps au fil de lectures diverses) deux citations d’un artiste que j’ai toujours aimé, Jean Cocteau:
    « Aujourd’hui c’est hier et demain qui s’épousent ».
    «  Demain c’est hier jeune et hier demain vieux ».
    On peut réfléchir là-dessus et conclure qu’aujourd’hui est la jeunesse et la vieillesse qui s’épousent. Ça m’va! N’est ce pas là ce qu’on entend en boucle depuis hier matin à propos de notre héros trans générationel Johnny? A vrai dire, je l’aimais bien Johnny mais ce commentaire répéter cent fois, y compris par le Président Macron, que « nous avons tous en nous quelque chose de Johnny », mais ce quelque chose était devenu hier soir, pour moi en tout cas, une overdose.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *