Princesse palatine : 3- De choses et d’autres 

Si vous ne savez plus très bien qui était la princesse palatine, reportez-vous à la note de bas de page. Sinon, lisez directement cet extrait de sa correspondance.

2 septembre 1696
Versailles

(…) À Paris, les voleurs ont affiché un placard portant ceci : «jusqu’ici nous n’avons fait que voler, mais si on continue de rouer ceux qu’on prendra de nous autres, nous tuerons et ne ferons quartier à personne » ; et dans le fait ils commencent à assassiner le monde. J’en suis toute angoissée à cause de mon fils qui aime tant se promener la nuit à Paris…

Si l’on peut recouvrer sa virginité après n’avoir pas pendant dix-neuf ans, couché avec son mari, pour sûr je suis redevenue vierge (…)

Note

Lorsqu’elle arrive d’Allemagne à la Cour de Louis XIV en 1672 en tant qu’épouse du frère du roi, Elisabeth-Charlotte du Palatinat a 20 ans. Par son mariage, cette princesse palatine devient Madame, duchesse d’Orléans. Voici le portrait qu’en faisait Saint-Simon :

« Madame tenait beaucoup plus de l’homme que de la femme ; elle était forte, courageuse, Allemande au dernier point, franche, droite, bonne, bienfaisante, noble et grande en toutes ses manières ; petite au dernier point sur tout ce qui regardait ce qui lui était dû : elle était sauvage, toujours enfermée à écrire, dure, rude, se prenant aisément d’aversion ; nulle complaisance, nul tour dans l’esprit, quoiqu’elle ne manquât pas d’esprit ; la figure et le rustre d’un Suisse; capable avec cela, d’une amitié tendre et inviolable. »

ET DEMAIN, UN COLLAGE DE SEBASTIEN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *