Archives mensuelles : septembre 2017

Nostalgie 17 – Dinky Toys

Dinky toys
Cette marque était spécialisée dans la production de maquettes d’automobiles au 1/42 ème, fabriquée d’abord en plomb puis en zamac (alliage Zn/Al/Mg ; il n’est jamais trop tard pour apprendre quelque chose)
J’en avais une raisonnable collection, d’une cinquantaine d’exemplaires. J’étais très exigeant sur la marque Dinky Toys, ne supportant pas les Solido, les JRD et encore moins les Norev. J’en avais de toutes sortes, des voitures, des camionnettes, des camions spécialisés. Après le passage de mes enfants, et surtout celui de cambrioleurs, il ne me reste que six modèles, dont un inestimable camion des British Railways pour le transport des chevaux.
La marque a disparu en 1970.
La photographie représente un semi-remorque aux couleurs de Kodak. Le tracteur est de marque Panhard.

Kodak
L’ex-géant de la photographie, créé en 1881 par George Eastman, a déposé son bilan en janvier 2012.

Panhard
Etabli en 1891, ce construteur automobile a été racheté par Citroën en 1965. La marque Panhard a disparu en 1967.

Dinky… Kodak…Panhard…
On a des raisons d’être nostalgique, non ?

ET DEMAIN, LE VENT SANS LES VOILES, UNE COMEDIE INACHEVEE

Ah ! les belles boutiques – 13

J. Feuillet
Rue de la Porte Jaune – Bourges

A Bourges, les « belles boutiques » ne manquent pas. Celle-ci était fermée, ce qui permet d’admirer la délicatesse de la patine ancienne. Pour un restaurateur de meubles, c’était la moindre des choses .

La série « Ah ! les belles boutiques »
L’objectif : rendre hommage aux commerçants qui réussissent à conserver l’aspect traditionnel de leur façade de magasin, et les encourager à persévérer.
Le contenu : une photo de la devanture d’un magasin, avec si possible l’adresse et, très éventuellement, un commentaire sur la boutique, ou son histoire, ou son contenu, ou sur l’idée que s’en fait le JdC .

 

ET DEMAIN, UNE NOUVEAU SCOOP SUR  WILLIAM SHAKESPEARE

¿ TAVUSSA ? (30) La Loi, entre vous et nous

Comme chaque année, le Sénat sponsorise l’installation de grands placards sur les grilles du Jardin du Luxembourg le long de la rue Médicis. J’ai toujours reproché à ces panneaux d’empêcher la vue sur les jardins, et j’avais proposé qu’au lieu de photos d’insectes répugnants ou de trognes rubicondes d’artisans en pleine activité, on y présente de grandes photographies de ce qu’on pourrait voir du jardin si les panneaux n’étaient pas là. Je n’ai pas été écouté, ni même entendu.

Ainsi, voici une nouvelle exposition d’une quarantaine d’agrandissements d’aquarelles de Noëlle Herrenschmidt. Elles représentent des palais, des salles et des scènes de la vie publique où la loi s’élabore, se discute, se vote et s’applique. L’exposition se tiendra du 16 septembre au 14 janvier 2018. Vous avez tout le temps.

Tout cela est assez joli et traite avec un grand respect ces lieux et ces hommes (et ces femmes, oui, d’accord, d’accord) qui font la loi. Je n’ai rien contre ce respect. Je serais même plutôt favorable à la pompe, pourtant souvent désuète et parfois ridicule, qui entoure tout cela. Il est toujours bon d’impressionner le peuple. En tout cas, moi, ça m’impressionne.

Cependant, dans cette exposition, un détail me perturbe. C’est le titre :

LA LOI, entre vous et nous

Qu’est-ce qu’on entend par là ?

Pour moi, bien sûr, il ne fait pas de doute que, dans l’esprit de l’auteur, ce « vous« , c’est vous, c’est moi, c’est nous, nous qui Continue reading