Archives mensuelles : janvier 2016

Homéotéleute et Polyptote (4)

Résumé du premier acte :

Homéotéleute est le prince héritier du royaume d’Antanaclase, mais pas que. Il est aussi le (n+1) ème bâtard que Zeus a eu avec l’épouse du roi d’Antanaclase. Il vient de quitter son ile pour Athènes afin d’y suivre un cycle de sémantique sportive de haut niveau. Au sortir d’un cours, il rencontre la très-très jolie Polyptote, une jeune Zeugmienne de basse extraction. Ça sent le coup de foudre et l’inévitable Récitant s’est extasié sur l’heureux hasard qui a présidé à cette rencontre :Leur rencontre devait tout au hasard, et rien ne les prédestinait à se trouver en ce lieu, en cet instant et, surtout, libres de toute attache.

Acte II

Le décor est maintenant entièrement couleur fushia, sauf le banc (en marbre de Thassos) et le cognassier du Péloponnèse.

Le Chœur Antique

« Leur rencontre devait tout au hasard » ? Eh, le Récitant ! Vous rigolez ou quoi ? Avec des noms pareils ! « Rien ne les prédestinait » ? Non, mais, nous rêvons ! Avec des parents comme ça ! Non, mais sans blague !

Qui est-ce que vous croyez qui a poussé Polyptote à s’inscrire aux cours démodés de ce vieux machin de Doryphore ? Qui l’a décidée à faire de la lutte elliptique ? Qui, ce matin-là, lui a fait choisir ce petit banc en marbre de Thassos ?

Mais c’est Héra l’Intransigeante, épouse et sœur de Zeus, le Coquin Olympique !

Et qui croyez-vous avoir flanqué au bon moment Homéotéleute sur le chemin qui mène tout droit au petit banc en marbre de Thassos ?

C’est encore Héra, la déesse aux Bras Blancs !

Enfin qui, d’après-vous, va rendre Continuer la lecture de Homéotéleute et Polyptote (4) 

Homéotéleute et Polyptote (3)

Résumé de ce qui s’est passé avant :

Polyptote est une très très jolie Zeugmienne de basse extraction. Elle est à Athènes pour suivre les cours de solipsisme perspicace de Doryphore d’Alexandrie. Pour le moment, elle se repose sur un petit banc en marbre de Thassos. C’est le Récitant qui parle. 

Homéotéleute sortait de son stage de sémantique sportive de haut niveau. La tête encore encombrée d’acrostiches, d’acronymes et d’acrotères, il regardait ses sandales et ne voyait rien d’autre autour de lui. C’était d’ailleurs une habitude chez ce jeune homme que de marcher la tête basse, ce qui lui valait très régulièrement des bosses sur le front et des coups de soleil sur la nuque, mais il ne pouvait faire autrement. Et voici pourquoi :

Homéotéleute était le fruit des amours illégitimes de Zeus, Assembleur des Nuées, et d’une simple mortelle, Polysémie aux Belles Cuisses, épouse d’Epiclèse, roi d’Antanaclase. Afin de pouvoir approcher la reine qu’il convoitait, le Cronide avait choisi de prendre l’apparence d’une girafe, déguisement qui le tentait depuis longtemps mais qui se révéla finalement peu commode pour embrasser la dame. Quand tout fut consommé, Continuer la lecture de Homéotéleute et Polyptote (3) 

Homéoteleute et Polyptote (2)

Résumé du début du premier acte :

En commençant ici votre lecture, vous avez raté la liste des personnages et des interprètes. Vous avez également manqué les trois coups et le lever de rideau sur le somptueux décor. Ce n’est pas bien d’arriver en retard au théâtre. Ca dérange tout le monde.
Le type au milieu, là, c’est le récitant. Il a demandé que l’on fasse silence et il vient de commencer son histoire. 

…Retenez vos larmes, étouffez vos cris, car il n’y a que dans le silence et le recueillement que l’on peut entendre une telle tragédie. Je commence…

C’est au pied du mont Lycabette, la colline aux loups féroces, qu’ils se rencontrèrent pour la première fois. Elle s’appelait Polyptote et lui, Homéotéleute. Elle venait de Zeugma, petite ile de la mer Métaphorique aux mille naufrages, et lui, des grandes plaines d’Antanaclase, riches en hypallages et en hypotyposes.

Polyptote était arrivée à Athènes un peu avant les dernières calendes pour suivre le cycle annuel des cours de solipsisme perspicace que prodiguait toujours Doryphore d’Alexandrie malgré son grand âge. C’était la première fois qu’elle quittait son ile où elle avait vécu jusque-là d’heureuses années, entourée de ses parents adoptifs, Charybde et Scylla, et de ses frères et sœurs Epigastre, Epigone, Epiphénomène et Epifanny. Elle était sans conteste la plus jolie des jeunes filles de Zeugma et, quand elle traversait la ville, simplement vêtue d’une peau de mouton de Panurge jetée sur ses épaules, les Zeugmiens faisaient pleuvoir sur elle des olives vertes et des figues de Barbarie en signe d’admiration tandis que les Zeugmiennes lui lançaient des éponges mouillées et des moules cuites en signe d’amitié. Mais depuis qu’elle était arrivée Continuer la lecture de Homéoteleute et Polyptote (2) 

Discours de la servitude volontaire

Je ne voudrais que tacher de comprendre comment il peut arriver que tant d’hommes, tant de bourgs, tant de villes, tant de nations endurent quelquefois un tyran seul qui n’a de puissance que celle qu’ils lui donnent, qui n’a de pouvoir de leur nuire que tant qu’ils en manifestent la volonté, qui ne saurait leur faire du mal que lorsqu’ils aiment mieux l’endurer que s’opposer à lui.
Étienne de La Boétie – Discours de la servitude volontaire

Homéotéleute et Polyptote (1)

Tragédie en quatre ou cinq actes

A Sophocle, Eschyle et Giraudoux

(en toute fausse modestie)

Personnages

Épiclèse                      roi d’Antanaclase (M. Jean-Paul Belmondo)

Polysémie                   épouse d’Epiclèse (Mme Shirley McLaine)

Homéotéleute            fils d’Epiclèse (M. Gérard Jugnot)

Polyptote                   jeune Zeugmienne (Mlle Brigitte Bardot)

Le Récitant                récitant (M. Louis Jouvet)

Le Chœur Antique   vieille chorale (M. Michel Fugain et le Big Bazar)

Homère                      poète (M. Michel Simon)

Héra                           déesse (Mme Régine)

Aphrodite                  déesse (Mlle Sharon Stone)

Charybde                  pauvre pêcheur (M.Michel Colucci)

Scylla                         pauvre pécheresse (En alternance Mmes Jeanne et Yolande Moreau)

Villageois, invités, gardes, servantes, attaché consulaire, chevaux, raton laveur…


Homéotéleute et Polyptote

 Acte I

La scène est à Athènes et le décor entièrement blanc à l’exception de deux éléments : un grand cognassier du Péloponnèse et un petit banc en marbre de Thassos.

Le Récitant

Gens d’Athènes, prêtres de l’Acropole, commerçants de l’Agora, ménagères de Plaka et même vous, marins du Pirée, salut ! Laissez-moi ce soir dérouler devant votre assemblée attentive la vraie histoire de deux amants superbes et généreux, que certains dieux protégeaient mais que d’autres n’aimaient pas. Retenez vos larmes, étouffez vos cris, car il n’y a que dans le silence et le recueillement que l’on peut entendre une telle tragédie. Je commence…

A SUIVRE

Seul sur Mars (Critique aisée n°67)

Seul sur Mars (The Martian)
Ridley Scott-2015
Matt Damon

Eh bien, moi, j’ai trouvé ça pas mal du tout.

On m’avait dit, tu verras, c’est long, il ne se passe presque rien, on s’ennuie. Pour ce qui est de la longueur insupportable, j’avais déjà donné avec Les huit salopards , dont j’ai dit tout le bien qu’ils méritent. (Je profite de cette occasion pour souligner que les quatre critiques du Masque et la Plume se sont montrés tous d’accord avec moi. Danièle Heymann a même dit de la musique de Morricone qu’elle en avait jusque-là). Pour ce qui est de la longueur honorable, j’avais aussi donné avec The Revenant, dont vous ne lirez ma critique que prochainement, le film n’étant pas encore sorti. Enfin, avec Le pont des espions, tout en admirant la technique du réalisateur, je m’étais légèrement ennuyé.

Eh bien, dans ce film dans lequel un type seul sur la planète Mars passe presque deux ans à faire pousser des pommes de terre, je ne me suis pas Continuer la lecture de Seul sur Mars (Critique aisée n°67)