Archives pour la catégorie News

¿ TAVUSSA ? (44) – Les Vélibs et Monsieur Arnaud.

J’avais l’intention d’écrire un long article sur l’échec de Smovengo, mais vous ne l’auriez pas lu. Alors j’en ai fait un résumé que je vous présente avant de vous faire part d’une nouvelle de dernière heure qui va surement faire bouger les choses, vous verrez.

Résumé :
Le Velib nouveau n’est pas arrivé.  Ça ne marche pas.
L’exploitant Smovengo des nouveaux Velibs de Paris est incapable de remplir ses obligations contractuelles.
Ce n’est pas près de s’arranger.
On en est là parce que la Mairie n’a pas fait son travail de présélection des candidatures.
Et aussi parce que l’appel d’offre était orienté vers une défaite de JC Decaux, ou une victoire de Smovengo, ou les deux.
Toujours est-il que des Vélibs, on en n’a pas.
Et qu’on peut se demander si l’adjudicataire ne va pas se mettre en faillite, ce qui serait pour lui une manière de limiter la casse.
C’est très agaçant.

Mais ce qui est encore plus agaçant quand on lit un peu les nouvelles par-ci par-là, c’est d’apprendre que l’un de ceux qui ont participé à l’élaboration des termes de l’appel d’offre est le propre frère du patron de Smovengo.
C’est aussi de réaliser que personne du syndicat Autolib’Vélib’Métropole ne s’est rendu chez Smovengo avant l’adjudication, ne serait-ce que pour vérifier les capacités techniques réelles du candidat.
C’est aussi de comprendre que le contrat signé par la Mairie a établi une solide barrière juridique entre Smovengo, petite société montpelliéraine, et ses très puissants actionnaires, Vinci, Mulliez, Mobivia et ATU, de telle sorte qu’il ne sera pas possible de faire appel à ces derniers en cas de mise en faillite de Smovengo.
La mise en faillite de Smovengo, incapable d’assurer le service et de payer les pénalités de retard, suivie de la reprise de l’activité par la Municipalité me paraissent, à moi, inéluctables, comme les conséquences sur les impôts des Parisiens.

Vous pouvez aussi aller relire UNE CATASTROPHE INDUSTRIELLE ET MUNICIPALE 

La dernière heure dont je vous parlais tout à l’heure est la suivante :

Le 1er juin dernier, Monsieur Arnaud Marion a rejoint Smovengo avec la fonction de Délégué Général. « Bon, me direz-vous, et alors ? » Eh bien, sur le conseil d’un ami, je suis allé sur Google voir un peu qui est ce Monsieur Arnaud Marion. J’ai appris que des sociétés de toutes sortes et non des moindres ont fait ou font appel à lui pour son expertise dans l’aide aux entreprises dans des situations difficiles. Le journal Les Echos dit de lui qu’il est très recherché « par les actionnaires aux abois qui veulent éviter une Bérézina financière dans une entreprise exsangue« . Il a notamment réglé quelques cas des plus variés et des plus difficiles comme Arcométal, Le Lido, les poulets Doux, La Salle Pleyel ou Heuliez. Attention, Monsieur Marion le dit lui-même : il n’est pas un dirigeant d’entreprise, mais un dirigeant de crise. Il n’est pas là pour longtemps et, si j’ai bien compris, comme Jules César, il vient, il voit, et retourne ou liquide l’entreprise. Alors, voilà ce que j’imagine qu’il va faire (aux bons entendeurs, salut) :

il va préparer le dépôt de bilan de Smovengo de façon brutale et strictement contractuelle, en protégeant les actionnaires que sont ceux que j’ai cité plus haut.

Avec cette arme bien visible dans sa main droite, il va de sa main gauche agiter les conséquences du dépôt de bilan aux yeux des employés d’une part et de la Mairie d’autre part. Abattus par ces conséquences financières pour les uns, ou terrorisée par les conséquences électorales pour l’autre, les uns et l’autre seront trop contents d’accepter les quelques concessions que leur fera Monsieur Marion. Les employés rentreront chez eux et dans le rang avec une indemnité décevante, et la Mairie acceptera non seulement d’effacer les pénalités déjà imposées à Smovengo, mais aussi soit de municipaliser le système en reprenant le personnel et en rachetant les investissements déjà faits par Smovengo, soit de modifier sensiblement les termes du contrat de concession.

Et que tout le monde soit vainqueur ne sera qu’une question de présentation.

Donc, tout le monde sera content, sauf moi. Parce que vous, vous vous en foutez, n’est-ce pas ?

ET DEMAIN, UN PEU DE BEAUMES-DE-VENISE

Dernière heure : Autolib et Velib, même combat (ou presque)

Dernière heure : Autolib et Velib, même combat (ou presque)
Samedi 16 juin

La Mairie de Paris veut mettre fin au contrat Bolloré qui exploite les Autolibs. Le Groupe Bolloré prend acte mais entend faire appliquer les clauses du contrat signé. Selon ce contrat, la ville devra rembourser à Bolloré la somme de 240 millions €, soit les 300 millions de déficit total d’Autolib diminués de 60 millions forfaitaires restant à la charge de l’exploitant.

En ce moment, tout lui réussit, à Hidalgo.

ET DEMAIN, NOUS PARLERONS DES VELIB : IL SE PASSE DES CHOSES…

Dernière heure : Donald et ses amis

Dernière heure : Donald et ses amis *
Mercredi 13 juin

C’est toujours un plaisir de reproduire ici les petites chroniques publiées par TTSO (Time To Sign Out : http://timetosignoff.fr/) lettre d’information quotidienne que je ne cesse de vous recommander. Elles sont concises, denses et bien informées.
Sur la phénoménale rencontre de Singapour et sur le document qui en est ressorti, voici celle d’hier soir :

QUOTE

Trump parle d’un document « très exhaustif » mais concrètement voilà ce qu’on trouve dans le court accord co-signé par les leaders nord-coréen et US : l’engagement par la Corée du Nord « à œuvrer pour la dénucléarisation complète de la péninsule coréenne », soit très précisément la promesse faite à répétition par Pyongyang depuis 1992. Aucun autre engagement / disposition concrète (calendrier, processus de vérification…) du côté nord-coréen.

Quel triomphe pour Kim Jong-un ! Sa stratégie nucléaire a totalement marché : il discute d’égal à égal avec le leader de la nation la plus puissante du monde, alors que le PIB de la Corée du Nord (intercalé entre celui du Mali et celui de Madagascar) est 500 fois inférieur à celui des US. Trump balaie le sort épouvantable que le dictateur Nord Coréen fait subir à son peuple (« les violations des droits de l’homme en Corée du Nord n’ont aucun équivalent dans le monde actuel » ONU, 2014) d’un…

« c’est dur dans plein d’endroits dans le monde » puis enchaine sur un « He’s smart and loves his people » pour conclure par « He’s a very talented man ». Trudeau n’a qu’à en prendre de la graine.

UNQUOTE

J’ajouterai qu’il devient évident, incontestable et choquant que l’Amérique de Donald Trump renverse ses relations internationales et ceci, sans idéologie particulière, mais uniquement à des fins électorales.

Après avoir humilié le Mexique, méprisé la Grande Bretagne, joué les mâles dominants avec Macron, insulté Trudeau, dédaigné Merkel, il se tourne vers les principaux dictateurs à vie de notre époque, personnages qu’il admire, qu’il envie et dont il célèbre les qualités à grand renfort de twitts et conférences de presse bredouillées. Ses meilleurs amis sont aujourd’hui Poutine de Russie, Kim Jong Un de Corée, Duterte des Philippines, Xi Jiping de Chine.
Maduro du Venezuela a dû échapper à son attention, mais ça ne durera probablement pas.

*Ça pourrait être le titre d’un dessin animé, mais non…

Dernière heure : Mamoudou Gassama

Dernière heure : MAMOUDOU GASSAMA : UN SI COURT MOMENT DE GRÂCE

Mercredi 30 mai
« Tombé par hasard, samedi soir, sur la vidéo du sauvetage de la rue Marx Dormoy à Paris, j’ai pu passer un moment assez magique. À voir un jeune homme n’hésitant pas une seconde pour escalader à main nue et à la force des bras la façade d’un immeuble et aller y sauver un enfant. Le tout sous les encouragements et acclamations d’une petite foule. Courage, désintéressement et altruisme, tous les ingrédients étaient là, pour provoquer une bouffée d’émotion et de gratitude. Il y a comme ça des petites séquences qui font du bien. Apprendre rapidement la difficile situation, juridique et matérielle, du sauveur, va renforcer l’empathie pour le Malien arrivé en France, en septembre 2017, par le dangereux chemin des migrants, et parlant français comme une vache espagnole. Personne ne sait comment on dit héros en bambara, mais tout le monde va le faire en français et lui dire aussi, toujours en français, que maintenant il fait partie de la famille (…) »

Ces quelques lignes, c’était le début de ce qu’a publié aujourd’hui Me Régis de Castelnau dans sa lettre d’information « Vu du Droit ». J’ai eu l’occasion plusieurs fois de le citer ici, Me de Castelnau. Il écrit bien, on le savait, mais il sait aussi s’émouvoir et il vient de le prouver. C’est bien. Il faut dire qu’il fallait avoir le front particulièrement bas pour ne pas éprouver devant ces images cette « bouffée d’émotion », et Me de Castelnau ne l’a pas, le front bas.

Bien sûr, et c’est une habitude chez lui — c’est peut-être même la raison d’exister de cette sensible introduction — ce joli début est suivi de l’inévitable diatribe contre le gouvernement, les partis politiques, les médias, les réseaux sociaux, les associations pour ceci ou contre cela, et tout le diable et tout son train. Et dans certains cas, il faut bien dire qu’il a raison. Mais pourquoi nécessairement gâcher ce bel élan d’admiration en soulignant ce que chacun sait déjà : que ce migrant-là est peut-être sauvé, mais que pour les autres, rien n’aura changé. Si, peut-être… une image… quelques instants…

(Vu du Droit ? Voici son adresse:   http://www.vududroit.com/)

Dernière heure : La Reine propose de restaurer l’Autorité Britannique sur les Etats Unis.

 Mercredi 23 mai

LONDRES – Ce mercredi, au cours d’une intervention télévisée inattendue, la Reine Elizabeth II a proposé de restaurer l’Autorité Britannique sur les États Unis d’Amérique.

S’adressant au peuple américain depuis son bureau du Palais de Buckingham, la Reine a déclaré qu’elle présentait cette proposition « en raison de la situation désespérée dans laquelle vous vous trouvez à présent« .

« Cette expérience de deux-cent-quarante années d’autonomie avait été initiée avec les meilleures intentions, mais je pense que nous sommes tous d’accord pour considérer qu’elle ne s’est pas bien terminée, » a-t-elle ajouté.

La Reine a engagé les Américains à inscrire son nom sur leur bulletin de vote lors des prochaines élections, après quoi la transition vers l’Autorité Britannique pourrait commencer « avec un minimum de perturbations. »

Elizabeth a reconnu que, dans les remous du Brexit, les Américains pourraient avoir des raisons de s’inquiéter à l’idée d’être gouvernés par le système parlementaire britannique, mais elle les a rassurés : « Le Parlement n’aurait aucun rôle dans cette affaire. Ce serait une Monarchie à l’ancienne. Juste moi, et ensuite, en supposant que vous aimiez mieux ne pas avoir Charles, nous pourrions passer directement à William et à ses enfants qui vous ont tant fascinés. »

Profitant des derniers instants de son discours pour mettre en avant ses qualifications, elle a fait clairement valoir qu’elle n’avait jamais utilisé d’e-mail et qu’elle n’avait eu de relations sexuelles qu’avec une seule personne et « très occasionnellement. »

The Washington Post – The Borowitz Report (Not the News)

Dernière heure : Air France, au fou !

Dernière heure
16 mai 2018

Air France : au fou !

Y a-t-il un pilote à Air France ? Non, il n’y en a plus. Surestimant sans doute l’esprit de discernement du personnel de la Compagnie, le PDG a lancé un référendum hasardeux et, par-dessus le marché, il a mis sa tête dans la balance. Lourde erreur, et le pilote qui avait réussi à redresser la compagnie, alors en piqué, a sauté de l’avion, probablement avec un parachute doré comme il se doit.

Y a-t-il un pilote au syndicat des pilotes d’Air France ? Il est maintenant évident que non : il n’y a plus de pilote, ou alors il est fou. Ou suicidaire, comme le commandant de bord du vol Barcelone-Dusseldorf de la Germanwings ou bien, et c’est maintenant une hypothèse sérieuse, comme le commandant du vol MH370 de la Malaysia Airlines. Suicidaire le pilote qui va écrabouiller le bel avion au milieu d’on ne sait quel océan de bêtise ou, plus surement, contre la chaine de montagne des avantages acquis.

Au fou !

Dernière heure : Entre l’ours et le pingouin

Dernière heure
Vendredi 27 avril
Entre l’Ours et le Pingouin.

Je ne sais lequel de ces deux personnages m’agace, ou même m’indigne le plus en ce moment :

-l’ancien Président de la République Française ?
ou bien
-l’actuel Président des États-Unis ?

-Monsieur Rondibet du Radada, alias Flanby, alias François Pays-Bas, dit Le Capitaine de Pédalo, dit le Pingouin Suprême, dit le Rigolo des Comices Agricoles, dit l’Intelligence Artificielle de Corrèze, dit Le Mou du Faubourg Saint-Honoré, dit le Tueur flou de Solférino ?
ou bien
-Mister Elephant Trump, le gorille peroxydé du D.C., le présentateur de Fox News, l’amateur de Fake News, le Strauss-Kahn de la Cinquième avenue, l’analphabète de la Maison Blanche, le grabbeur d’employées, l’agent russe en sommeil, l’amateur de professionnelles ?

-Est-ce, autrefois, l’ancien Président de la République Française, quand il valsait en hésitant avec une immigrée Kosovar, quand il livrait à des journalistes appointés des secrets d’État, quand il annonnait ses discours hésitants et ambigus, ou bien aujourd’hui, quand il essaie de réécrire l’histoire de son quinquennat manqué, quand il lance des flèches du Parthe émoussées, quand il déclare que s’il l’avait voulu, lanturlu…, quand il plaisante lourdement et de façon déplacée, mais bien dans la manière d’après-boire d’une réunion de Conseil Municipal, sur le couple Trump-Macron  ?

-Est-ce l’actuel Président des États-Unis quand il mime un journaliste handicapé, quand il écarte le Président du Monténégro pour être devant sur la photo,  quand il tourne ostensiblement le dos à la Chancelière allemande, quand dans une conférence de presse ses réponses, sans logique et pleines de répétitions, aux questions quelles qu’elles soient sont consacrées à critiquer l’administration précédente et l’opposition actuelle, quand en face de son interlocuteur il prend ces allures d’ours mal léché ou de mâle alpha, quand il époussette le revers du Président de la République Française en lui disant qu’il a des pellicules, quand il dit, à son propos et en sa présence, du ton d’un patron parlant de l’un de ses employés préférés : « I like this guy ! » ?

Entre l’Ours-mal-léché-mâle-alpha cherchant constamment à dominer l’autre et le Pingouin hésitant et bredouillant cherchant désespérément à éviter la décision, j’ai des difficultés à décerner l’Oscar du pire.
Bon, allez, je choisis Trump. Hollande, au moins, il n’a plus d’autre pouvoir que celui des petites phrases. Trump, lui, a encore à sa disposition le plus gros bouton rouge de la planète.

Dernière heure : Les particularités du statut des cheminots

Dernière heure : Les particularités du statut des cheminots

SUR 145000 SALARIES DE LA SNCF, 130000 ONT LE STATUT DE CHEMINOT

Les particularités du statut des cheminots :

1-EMPLOI A VIE
2-AVANCEMENT AUTOMATIQUE
3-RETRAITE A 55 ANS POUR LES SÉDENTAIRES
4-RETRAITE A 50 ANS POUR LES CONDUCTEURS
5-PENSION A TAUX PLEIN À 75% DU SALAIRE DES 6 DERNIERS MOIS
6-BILLETS DE TRAIN GRATUITS POUR LES CHEMINOTS
7-BILLETS DE TRAIN À 10% POUR LEURS CONJOINTS ET ENFANTS
8-QUATRE BILLETS GRATUITS PAR AN POUR LEURS PARENTS ET BEAUX-PARENTS
9-NOMBREUX LOGEMENTS SOCIAUX
10-MÉDECINE ET MÉDICAMENTS GRATUITS

La réforme ne prévoit nullement pour les cheminots de leur supprimer ou même de réduire les avantages qui vont de pair avec leur statut. Ils seront conservés intégralement.

Seules les nouvelles embauches, à compter d’une date qui reste à déterminer, ne bénéficieront plus de tels avantages.

 

ET DEMAIN, POUR CEUX QUI AIMENT VOIR TOUS LES ÉPISODES DE LEUR SÉRIE FAVORITE EN UNE SEULE NUIT, OU POUR CEUX À QUI DANS CETTE HISTOIRE QUELQUE CHOSE A ÉCHAPPÉ, PARAITRA LE TEXTE INTÉGRAL DE LA LAMENTABLE HISTOIRE DE LA RUE DE RENNES, AVEC UNE PHOTO DÉDICACÉE DE ROGER RATINET.