Archives de catégorie : Citations & Morceaux choisis

Rendez-vous à cinq heures : Louis Bellson

La page de 16h47 est ouverte…

SKIN DEEP
Louis Bellson

Édité en 1952, le disque Ellington Uptown ne contient pratiquement que des enregistrements exceptionnels, tels que Take the A train, Perdido, A Tone parallel to Harlem, The Mooche et Skin deep.
Ce dernier morceau de près de 7 minutes est constitué en grande partie d’un énorme solo de batterie par Louis Bellson. Accompagné par le Big Band d’Ellington, c’est le solo de batterie le plus impressionnant que j’ai jamais entendu.

 

 

 

 

Rendez-vous à cinq heures : souvenir de cinéma (6)

La page de 16h47 est ouverte…

 La règle du jeu

Pour moi, le meilleur film de tous les temps (pour la partie occidentale de l’hémisphère nord en tout cas. Au point que je n’ai jamais osé écrire une critique de ce chef d’oeuvre. La scène proposée n’est qu’un extrait d’une longue scène délirante où le génie de la réalisation de Renoir est à la manoeuvre. 

Dans cette scène, deux drames se développent au cours de cette soirée au château, au milieu des invités et des domestiques. D’un côté, le garde-chasse poursuit l’ex-braconnier (Carette) devenu domestique dont il est persuadé qu’il est l’amant de sa femme (Dubost). De l’autre, par dépit, la marquise, épouse fidèle du maitre des lieux, se jette dans les bras d’un aristocrate sans consistance. L’aviateur Continuer la lecture de Rendez-vous à cinq heures : souvenir de cinéma (6)

La mort de Bergotte (2)

Morceau choisi 

La vie éternelle

Cet extrait fait suite à celui qui a été publié ici avant hier (La mort de Bergotte – Le petit pan de mur jaune).
Les obligations que l’homme (et en particulier l’artiste) se crée au cours de sa vie ont-elles un sens puisqu’un jour, il sera « mort à jamais ». « Mort à jamais ? Qui peut le dire ? » nous demande Proust qui connait la réponse. Mais ici, il n’est pas question de foi ni de religion.

Il était mort. Mort à jamais ? Qui peut le dire ? Certes, les expériences spirites, pas plus que les dogmes religieux, n’apportent la preuve que l’âme subsiste. Ce qu’on peut dire, c’est que tout se passe dans notre vie comme si nous y entrions avec le faix d’obligations contractées dans une vie antérieure ; il n’y a aucune raison, dans nos conditions de vie sur cette terre, pour que nous nous croyions obligés à faire le bien, à être délicats, même à être polis, ni pour l’artiste athée à ce qu’il se croie obligé de recommencer vingt fois un morceau dont l’admiration qu’il excitera importera peu à son corps mangé par les vers, comme le pan de mur jaune que peignit avec tant de science et l’admiration qu’il excitera importera peu à Continuer la lecture de La mort de Bergotte (2)

Rendez-vous à cinq heures : Do you know what it means to miss New-Orleans ?

La page de 16h47 est ouverte…

DO YOU KNOW WHAT IT MEANS TO MISS NEW ORLEANS
Billie Holiday

Et maintenant : Billie Holiday, accompagnée par Louis Armstrong, Zutty Singleton, Barney Bigard, Kid Ory, Bud Scott en 1946 pour un film, “New Orleans”, sorti en 1947. La jolie blonde émue, c’est Dorothy Patrick. Ne cherchez pas, elle n’a pas laissé de traces.

https://www.youtube.com/watch?v=m4jU8IQK5b0

 

La mort de Bergotte (1)

Morceau choisi

Le petit pan de mur jaune

Bergotte est l’écrivain célèbre que Proust a créé pour la Recherche du temps perdu. Dans ce passage, sentant sa mort venir, Bergotte remet en cause toute son oeuvre : « C’est ainsi que j’aurais dû écrire… »

(…) Il mourut dans les circonstances suivantes : une crise d’urémie assez légère était cause qu’on lui avait prescrit le repos. Mais un critique ayant écrit que dans la Vue de Delft de Ver Meer (prêté par le musée de La Haye pour une exposition hollandaise), tableau qu’il adorait et croyait connaître très bien, un petit pan de mur jaune (qu’il ne se rappelait pas) était si bien peint, Continuer la lecture de La mort de Bergotte (1)