Archives pour la catégorie Citations & Morceaux choisis

Caligula fait un pont

Morceau choisi

 Successeur de Tibère, probablement assassiné, Caligula règna moins de quatre années (de 37  à 41). Il fut assassiné par des soldats de sa garde. Son oncle Claude fut mis sur le trône, à son corps défendant, par cette même garde prétorienne. Difforme, alcoolique et réputé idiot, Claude fut pendant quatorze années un excellent empereur avant de mourir assassiné à son tour. C’est Néron qui lui succéda. Après quatorze années de règne, Néron se suicida, ce qui, bien entendu, empêcha qu’on l’assassine.

Un jour, Caligula fit un pont. Extravagance, gesticulation politique, superstition, va savoir … C’est Suétone qui raconte :

Le genre de spectacle qu’il imagina quelque temps après est incroyable et inouï. Il jeta un pont de Baïes aux digues de Pouzzoles, sur une longueur de trois mille six cents pas (1). À cet effet, il réunit de toutes parts des bâtiments de transport, les mit à l’ancre sur une double rangée, les couvrit de terre, et leur donna la forme de la voie Appienne.  Pendant deux jours, il ne fit qu’aller et venir sur ce pont. Le premier jour, il montait un cheval magnifiquement harnaché et portait une couronne de chêne sur la tête, armé d’une hache, d’un bouclier, d’une épée, et couvert d’une chlamyde dorée. Le second jour, il conduisit en habit de cocher un char attelé de deux chevaux célèbres. Il était précédé Continuer la lecture de Caligula fait un pont 

Le liftier du Grand Hôtel

(…) Certaines choses étaient extrêmement agaçantes chez ce liftier : quoi que je lui eusse dit, il m’interrompait par  une locution «Vous pensez !» ou «Pensez !» qui semblait signifier ou bien que ma remarque était d’une telle évidence que tout le monde l’eût trouvée, ou bien reporter sur lui le mérite comme si c’était lui qui attirait mon attention là-dessus. «Vous pensez!» ou «Pensez !», exclamé avec la plus grande énergie, revenait toutes les deux minutes dans sa bouche, pour des choses dont il ne se fût jamais avisé, ce qui m’irritait tant que je me mettais aussitôt à dire le contraire pour lui montrer qu’il n’y comprenait rien. Mais à ma seconde assertion, bien qu’elle fût inconciliable avec la première, il ne répondait pas moins: «Vous pensez !», comme si ces mots étaient inévitables.

Marcel Proust
A la Recherche du Temps Perdu – Sodome et Gomorrhe

ET DEMAIN, THUNDER ROAD

La grande menace

Le conspirationisme fait partie intégrante de l’esprit humain, particulièrement pendant les périodes d’anxiété. Dans une communauté en bonne santé, de telles idées sont moquées ou marginalisées. Mais quand les gens deviennent anxieux, l’idée d’une grande et invisible menace est un puissant moteur de mobilisation pour n’importe quel mouvement, de droite ou de gauche.

Conspiracy thinking is part of the human condition, especially during times of anxiety. In a healthy community, such ideas get laughed at or marginalized. But when people are stressed, the idea of a big, invisible threat is a great mobilizer for any movement, left or right.

John Foster  Berlet, Journaliste d’investigation, spécialiste des mouvements d’extrême-droite aux USA

ET DEMAIN, IT’S OK, BUT NOT IN MY BACKYARD

David ! À confesse !

Morceau choisi

(…) En fait, il y avait deux sacrements à comprendre, parce qu’il fallait laver son âme du péché avec le sacrement de pénitence (appelé habituellement la pénitence) avant de recevoir l’eucharistie. On préparait les enfants à ce rite de passage à l’école primaire de la paroisse. Comme la plupart de ceux qui ont fait cette expérience, j’imagine, j’ai trouvé la confession plus troublante que la communion, même si j’en avais déjà inventé une version profane avec ma tante Eileen dans le rôle du confesseur. Assis sur un banc au milieu de condisciples inquiets et agité entrain de « faire leur examen de conscience », vous avanciez pour prendre votre tour dans le confessionnal, une structure en bois aux allures de vaste armoire au fond de l’église, tiriez le rideau, vous agenouilliez dans la pénombre, et récitiez une liste de péchés préparée à l’adresse du prêtre dont vous perceviez vaguement la présence derrière la grille semblable à la porte d’un garde-manger. Vous vous demandiez ensuite si, empêtré dans vos idées, vous n’aviez pas omis quelque chose qui invaliderait tout le processus (cette occasion lointaine, par exemple où la sœur d’un copain de jeu a baissé sa petite culotte et relevé sa jupe pour montrer la fente potelée entre ses jambes, même si vous aviez refusé de façon peu chevaleresque d’exhiber votre propre instrument). Le prêtre avait beau être bienveillant et la « pénitence » (la récitation en silence de quelques « Je vous salue Marie ») légère, tout cela était terriblement angoissant.

David Lodge – Né au bon moment (2015)

ET DEMAIN, LE THÉÂTRE DE JOUVET

Petites annonces

Concierge demande loge au 7ème pour descendre le courrier au lieu de le monter

Impondérables de première qualité: 39,90 F les trois ; le même mais de lapin, la pièce : 14,50 F

Réparation de locomotives à domicile

Cours des marrons, communiqués par l’Auvergnat du coin :
Chauds les marrons, les 8 dont 7 pourris : 1 F
Marrons glacés avec frigidaire. La boîte : 435,26 F
Marron clair. Le mètre : 19,50 F
Marron foncé. Le centimètre (teinture en sus) : 0,95 F
Marron d’Inde, le flacon : 3,69 F
Dinde aux marrons, la cuisse (boisson non comprise) : 8 balles

Belle au Bois-Dormant désire être réveillée par Prince Charmant le 7 avril 1969, à 9 heures, avec café au lait complet.

A vendre jolie collection de pots de vin. S’adresser n’importe qui, Hotel de Ville. Paris.

Jugez vous-mêmes : Cours d’Assises par correspondance.

Inventeur de produit amaigrisseur cherche grossiste.

L’OS à MOELLE – Pierre Dac

ET DEMAIN, LA BELLE BOUTIQUE TSCHANN

Vive Monsieur le Maire !

Morceau choisi

Les discours du Maire de Champignac
André Franquin

Vous souvenez-vous de Spirou, reporter au Moustique  ? Et de Champignac, la petite ville où il habitait en colocation avec Fantasio ? Et de Gustave Labarbe, Maire de Champignac, vous vous en souvenez ? Et de ses discours mémorables ?
Non ? En voici quelques extraits :

A l’occasion de l’inauguration d’une statue :
… Cette statue, j’ai décidé de la remplacer par une autre, encore plus émouvante, œuvre du sculpteur Mathieu Jules en bronze de toute beauté qui est un fils du pays dont nous sommes fiers et que je vais avoir l’honneur la fierté et l’orgueil de dévoiler à Continuer la lecture de Vive Monsieur le Maire ! 

Merci à Dimey

Morceau choisi

Merci à vous

Merci à vous, gens de ma ville,
Vous qui l’avez faite à mon gout,
Si je m’y sens le cœur tranquille
C’est toujours un peu grâce à vous.
Merci pour tout ce que je trouve
Aux quatre coins de mon Paris,
Pour cette galerie du Louvre
Où la Joconde me sourit,
Pour la fraicheur de Notre-Dame
Où vint prier François Villon
Pour séduire une jolie dame
Qui logeait près du petit pont.

Merci Monsieur Mansart et j’ose Continuer la lecture de Merci à Dimey 

Princesse palatine : 8- Madame se meurt, Madame est morte

Si vous ne savez plus très bien qui était la princesse palatine (1) , reportez-vous à la note de bas de page. Sinon, lisez directement cet extrait de sa correspondance.

29 novembre 1722
Paris

Vous ne recevrez aujourd’hui qu’une bien courte lettre ; je suis plus mal que je n’aie jamais été et je n’ai pu fermer l’œil de toute la nuit. Hier matin, nous avons perdu notre pauvre maréchale (2) ; elle n’a éprouvé aucune attaque, mais la vie l’a comme abandonnée. Cela me fait une peine sincère, car c’était une dame d’une grande capacité et de beaucoup de mérite ; elle était fort instruite, mais elle ne le faisait pas paraitre. On dit qu’elle a choisi pour héritier le fils de son frère ainé. Il n’est pas surprenant de Continuer la lecture de Princesse palatine : 8- Madame se meurt, Madame est morte 

Panneaux vindicatifs

(…) Ainsi, le contenu de ces immenses panneaux qui bordent les autoroutes à fait l’objet d’une étude préalable fouillée. De nombreux sondages ont été réalisés, afin d’éviter de choquer telle ou telle  catégorie d’usagers ; des psychologues ont été consultés, ainsi que des spécialistes de la sécurité routière ; tout cela pour aboutir à des indications du style : « Auxerre », ou : « Les Lacs ».

Michel Houellebecq  –  Approche du désarroi – 1998


Crédit photo : E.Jutteau

ET DEMAIN, UN TABLEAU DE SEBASTIEN