Archives pour la catégorie Thème imposé

Variations de tension

Cet exercice de style a été exécuté dans le cadre d’un atelier d’écriture. Il s’agissait de raconter quatre fois la même histoire en augmentant la tension du récit à chaque fois . Il a déjà été publié ici il y a quatre ans. 

 

Basse tension
L ‘homme s’approcha de l’entrée, poussa la porte et pénétra dans la salle d’attente. Au fond de la pièce, une femme d’âge moyen tapait à la machine derrière un bureau.
— Bonjour, monsieur. Vous désirez?
— Bonjour madame, je souhaiterais voir le docteur Cottard.
— Est-ce que vous avez rendez-vous?
— Hélas non, mais c’est important.
— Je suis désolée, mais c’est impossible. D’ailleurs, le docteur est absent. Il faudra prendre un rendez-vous.
— Bon, tant pis, je repasserai.

Moyenne tension
L ‘homme paraissait agité. Il s’approcha de la grande porte vitrée et la poussa avec hésitation. La salle dans laquelle il venait de pénétrer Continuer la lecture de Variations de tension 

Bob Trump, une vie américaine

Bob Trump, une vie américaine1 

Bob Trump épousa Selma Clanton le surlendemain de sa démobilisation. Selma, qu’il avait rencontrée lors de sa première permission juste avant d’embarquer sur le porte-avions Enterprise, l’avait attendu pendant près de quatre ans tandis qu’il traversait le Pacifique dans tous les sens. Pendant l’année qui suivit, Bob prit des cours de comptabilité, tous frais payés par l’US Navy dans le cadre du programme de reclassement des anciens combattants. Pendant ce temps-là, Selma travaillait à la cafeteria de l’Université de Pennsylvanie. Le salaire de Selma et la petite pension d’invalidité pour blessure de guerre de Bob leur permettaient juste de vivre décemment. En mars 1947, Donald Clanton, oncle de Selma et garagiste à Kansas City, mourut sans héritier direct. Selma hérita la petite affaire. Elle la vendit aussitôt à un marchand de Continuer la lecture de Bob Trump, une vie américaine 

Pour faire un oeuf à la coque

Recette n°18

Pour faire un œuf à la coque :

1—Tout d’abord, acheter une résidence secondaire à la campagne. La choisir avec soin, pas trop chère, mais pas trop loin non plus. La toiture devra être en bon état, mais le nombre de pièces est indifférent. La surface du terrain ne devra pas être inférieure à cinq cents mètres carrés.

2—Si nécessaire, défricher le terrain. Abattre quelques arbres pour avoir du soleil, c’est important, mais en laisser quelques-uns pour avoir de l’ombre, c’est primordial. Au besoin, planter.

3—Labourer, sarcler, emmotter, semer du gazon, rouler, arroser à bon escient mais avec parcimonie.

4—Ajouter quelques fleurs et quelques herbes folles pour faire joli.

5—Attendre.

6—Au printemps, si le gazon a poussé de plus de Continuer la lecture de Pour faire un oeuf à la coque 

¿ TAVUSSA ? (51) : Shutdown, Gilets Jaunes et Brexit

Le shutdown de l’administration fédérale US,
c’est la conséquence du désaccord entre Le Donald Président et la Chambre des Représentants sur le budget. Celui-ci n’étant pas voté, l’État ne peut plus dépenser d’argent pour, notamment, payer ses employés. Le résultat est que les fonctionnaires fédéraux, sauf quelques exceptions de sécurité, sont mis au chômage. Le désaccord porte sur la demande du Donald de près de 6 milliards $ pour la construction du mur à la frontière du Mexique que les Démocrates refusent d’accepter.

Le mouvement des Gilets Jaunes,
pour ceux qui auraient débarqué ce matin de la planète Mars, c’est un mouvement dont l’origine se situe Continuer la lecture de ¿ TAVUSSA ? (51) : Shutdown, Gilets Jaunes et Brexit 

Les pastiches de Lorenzo – 2

Les  magrikeruhles  élémentaires
pour  Uhlbec

Ce livre est avant tout l’histoire d’un groupe limité d’hommes et de femmes (appelés les magrikeruhles élémentaires) qui vécurent la plus grande partie de leur vie en Europe occidentale, durant la seconde moitié du XX ème siècle. Généralement ensemble, ils furent de moins en moins souvent en relation avec d’autres hommes et femmes. Ils vécurent en des temps malheureux et troublés où la CARMF, l’URSSAF et tous les impôts augmentaient frénétiquement. Le pays qui leur avait donné naissance basculait lentement, mais inéluctablement, dans la zone économique des pays moyen-pauvres ; fréquemment guettés par la misère, les hommes de leur génération passèrent en outre leur vie dans la solitude et l’amertume. Les sentiments d’amour, de tendresse et de fraternité humaine subsistaient pourtant dans le petit groupe des Magrikeruhles élémentaires qui faisaient preuve de plus en plus souvent dans leurs rapports avec leurs contemporains d’indifférence, voire de cruauté. Ce livre est l’histoire de Continuer la lecture de Les pastiches de Lorenzo – 2 

L’effet papillon

C’est au moment où le marchand allait procéder à la pesée que le papillon s’était posé sur le côté gauche du fléau, celui auquel était suspendue la petite coupelle qui contenait la poudre d’or. L’acheteur d’or, le propriétaire de la balance, n’avait rien vu, tout occupé qu’il était à disposer les poids dans l’autre coupelle avec sa petite pince. Le chercheur d’or, celui qui l’avait enfin trouvé et qui le vendait, l’avait bien vu lui, le papillon, mais il n’avait rien dit. Vous pensez, vendre un papillon au prix de l’or, c’était Continuer la lecture de L’effet papillon 

A Christmas tale

Once upon a time, there was a boy whose name was Théophile. He was very very sweet. He was also very very rich — well, his parents were very very rich — but he was very very sweet anyway.

Théophile lived very very happy in a very very big apartment, a pre-war full floor, among his daddy, who was very very rich, his mummy, who was very very beautiful, his elder sister, Abigail, who was very very pretty, and his little brother, Reinhard, who was very very intelligent.

Also, there was the maid, very Philipino, the nanny, very British, and the chauffeur, very African. They do not have any part in this story because, as it is happening, they are on holidays. That is why they have no name. They’re not very very interesting. We don’t care about them.

This year, Théophile had been very sweet at home and he had had very very good grades at school, when his elder sister and his little brother, no. His daddy and his mummy were very very happy with him, when his elder sister and his little brother, no.

When Christmas came, the mother asked her three children, Abigail, Théophile and Reinhard to write Continuer la lecture de A Christmas tale 

Un conte de Noël

Il était une fois un petit garçon qui s’appelait Théophile. Il était très très gentil. Il était très très riche aussi — enfin, ses parents étaient très très riches — mais il était très très gentil quand même.

Théophile vivait très très heureux dans très très grand appartement, un haussmannien traversant, entouré de son papa, qui était très très riche, de sa maman, qui était très très belle, de sa grande sœur, Abigail, qui était très très jolie et de son petit frère, Reinhard, qui était très très intelligent.

Il y avait aussi la bonne, très bretonne, la gouvernante, très british, et le chauffeur,  très noir. Mais ces gens-là n’interviennent pas dans cette histoire car, à l’époque où elle se déroule, ils sont Continuer la lecture de Un conte de Noël 

Les pastiches de Lorenzo – 1

Entre deux missions photographiques, Lorenzo dell’ Acqua fait des pastiches. Le pastiche est un art difficile. Il nécessite une bonne connaissance de l’auteur pastiché bien sûr, mais aussi le talent de dénicher les tics, les tournures, les points de vue favoris qui font son style. Il requiert enfin une admiration pour l’écrivain pastiché. Le pastiche est un hommage, pas une caricature. Ne pas confondre avec la parodie.
Si vous ne reconnaissez pas l’auteur pris ici pour modèle et pour cible, écrivez au journal qui transmettra à Lorenzo.

La dernière bouteille de rouge

et autres plaisirs majuscules

Peu de gens la connaissent, la dernière bouteille de rouge. Il y a deux raisons à cela. La plupart ne sont plus en état de reconnaître une bouteille de rouge ou toute autre chose à cette heure avancée de la nuit où seuls quelques rêveurs saoûlés d’alcool et d’amitié se distribuent les rôles dans leur Continuer la lecture de Les pastiches de Lorenzo – 1 

Marabout de ficelle ou La Chaussure de Jessica

  • La scène représentera l’intérieur d’une voiture de taille moyenne roulant à petite vitesse sur l’Autoroute entre Orléans et Tours. En voix off, on entendra les pensées de Robert, le conducteur. Il y aura quatre autres personnes à bord avec Robert : Simone, sa femme, Kevin et Maeva, ses enfants, sa belle-mère, sans prénom, sans parler du chien, de race imprécise.

 Voix off

« Merde, y a le moteur qui chauffe. Ah ben, ça commence bien, les vacances ! D’abord, les embouteillages depuis la Porte d’Orléans, et maintenant la voiture qui chauffe ! Va falloir que je m’arrête. Eh ben, on n’y est pas, à Montalivet-les-Bains. Bon sang, ils vont pas arrêter leurs jeux idiots, à l’arrière ? »

Dialogue

—Eh, les gosses ! C’est pas bientôt fini, là-bas derrière ? Vous voyez pas que je conduis, non ? C’est fatigant tout ce boucan à la fin. Fermez-là !

—Mais Papa, on joue à Marabout-de-ficelle, tu sais ?

—Vous jouez à Marabout-de-ficelle depuis Denfert-Rochereau, alors maintenant, j’en ai marre !

Marre-about !

—Bout de ficelle !

Assez, nom de Dieu ! Vos gueules !

Gueule de Loup !

Loup y es-tu ?

—Ne vous foutez pas de moi en plus, ou je m’arrête et je vous flanque une torgnole !

—Voyons, Robert, ce sont des enfants. Le voyage est Continuer la lecture de Marabout de ficelle ou La Chaussure de Jessica