Tous les articles par Philippe

Dernière heure : Le mauvais cheval de Mélenchon

Dernière heure : Le mauvais cheval de Mélenchon
Vendredi 11 janvier

Le premier mandat de Maduro a vu une implosion sans précédent dans l’histoire de l’Amérique Latine : sans que le pays soit en guerre, l’économie du Venezuela a rétréci de moitié. Ce qui fut la société la plus riche de la région a été balayée par des épidémies de malnutrition, de maladies évitables et de crimes violents. Trois millions de personnes ont fui le pays. Pourtant Maduro, après avoir orchestré une réélection frauduleuse, met en avant ce que le régime nomme une « révolution socialiste », avec le soutien de Cuba et de prêts meurtriers de la Russie et de la Chine. (Source : Washington Post)

Maduro n’aura pas causé que la ruine de son pays. Il aura aussi nettement contribué à celle de la popularité de l’homme qui, il n’y a pas si longtemps, le portait aux nues avec Chavez : J.L. Mélenchon. Selon les Échos, sa popularité n’en finit pas de s’effondrer. Il perd 3% en 1 mois, et 14% depuis le début du quinquennat. Il est même passé derrière François Hollande, humiliation suprême. Et pourtant, rappelons-le chaque jour, « La République, c’est lui ». (Source : ‘MonFinancier.com’)

Vous voyez bien qu’il n’y a pas que de mauvaises nouvelles !

La suite de Balbec – Chapitre 3

(…) Quand j’arrivais dans la rue du Caporal Machinchose, on n’y voyait presque plus rien. J’avançais prudemment en longeant de près la façade des immeubles. A un moment, je butai dans je ne sais quoi et je m’affalai sur le sol en me cognant violemment la tête contre quelque chose d’incroyablement dur.

— Acréroneteudiouderoneteudiou ! jurai-je en m’adressant au trottoir.

3-Les Cahiers du Temps

Je me relevai, étourdi, en me frottant le front. J’avais froid, j’étais furieux et fatigué et mes deux genoux me faisaient souffrir. J’allais rebrousser chemin et retourner au chaud à mon hôtel quand je vis un spectacle étrange : noyée dans le brouillard, une vague lueur orangée avançait vers moi par petits bonds successifs depuis le fond de la rue. Quand elle arriva juste au-dessus de moi, je m’aperçus qu’elle provenait des réverbères de la ville qui venaient de s’allumer l’un après l’autre. J’étais maintenant baigné dans un cône de lumière jaune qui se découpait dans la masse sombre du brouillard qui m’entourait. Je levai les yeux et c’est alors que je vis l’enseigne.

Au-dessus de la porte d’entrée, accrochée par Continuer la lecture de La suite de Balbec – Chapitre 3 

La suite de Balbec – Chapitre 2

(…) Je cherchai Balbec et son Grand Hôtel dans le Guide Michelin, mais ils n’y étaient pas. Je dus me rendre à l’évidence : Balbec n’existait pas. Pas de problème, Google m’apprit en moins d’une minute que Balbec était en fait le faux nom de Cabourg, et qu’il y existait bien un Grand Hôtel.

2-Le Grand Hôtel

J’appelai l’hôtel et je demandai à parler au Directeur. Je lui fis part de mon projet. Un type charmant. Il m’expliqua que lui et toute son équipe seraient ravis d’accueillir un auteur sur les traces du grand Marcel Proust. Il ajouta qu’ils avaient une grande habitude de mon genre de clientèle. En effet, me dit-il, depuis plus d’un demi-siècle, le Grand Hôtel avait l’honneur de recevoir chaque année au moins un écrivain et deux ou trois journalistes ayant le même souci : se replonger dans l’ambiance proustienne du tournant du dix-neuvième siècle. Le Grand Hôtel avait donc mis au point une offre spéciale qu’elle avait appelée « Une suite à Balbec ». Proposée uniquement aux professionnels, écrivains, cinéastes, journalistes et assimilés et pour un séjour minimal d’une semaine, « Une suite à Balbec » comprenait la jouissance de la suite même où Monsieur Proust avait séjourné, le petit déjeuner continental servi dans la chambre, et les deux repas principaux à la table que l’auteur de la Recherche avait honorée de sa présence. Selon les humeurs du temps, le thé pouvait être servi sur la terrasse ou dans le petit salon. La décoration de la suite « Balbec » avait été refaite entièrement l’année précédente, mais en stricte conformité avec ce qu’elle était du temps du grand écrivain. On y avait apporté le Continuer la lecture de La suite de Balbec – Chapitre 2 

La suite de Balbec – Chapitre 1

En cinq épisodes qui paraitront chaque jour à partir d’aujourd’hui mercredi 9 janvier et  jusqu’à dimanche prochain, voici le texte intégral de cet essai sur Marcel Proust en vacances que vous avez pu lire ici il y a un peu plus de deux ans. Cette édition a bénéficié de la correction de quelques erreurs typographiques et orthographiques récalcitrantes ainsi que de quelques rectifications stylistiques. À propos, ne me demandez pas quand le « début de Balbec » a été publié. Il y a un piège.

La suite de Balbec

Essai

1-A la recherche de Marcel Proust

Tout le budget va y passer! Faut dire ! Quelle idée de m’installer au Grand Hôtel ! Je croyais que le cadre, le luxe, la vue, tout ça, ça me donnerait des idées. Mais, rien. Depuis quatre jours que je suis installé dans cette chambre, je passe pratiquement tout mon temps assis à cette petite table devant l’écran de mon ordinateur. Et rien ! Je regarde les nuages, les vagues et les mouettes par la fenêtre ouverte. Je n’ai pas écrit une seule ligne valable.

Quand j’avais fait ma réservation, le prix annoncé pour la chambre et la pension complète m’avait fait frémir. Il dépassait de loin ce que j’avais imaginé. Il restait cependant dans les limites de ce que m’avait accordé Cottard, mon éditeur, pour lui livrer sous un mois un essai de 25.000 mots sur Proust. Le sujet précis, le point de vue, l’angle d’attaque, tout ça, il s’en fichait. Cottard m’avait dit :

— Coco, tu fais ce que tu veux du moment que tu parles de Proust. Proust, ça se vend en ce moment. Alors, vas-y! Mais, attention Coco, il y a urgence ! Télérama, Elle et les Inrocks sortent chacun un numéro spécial sur Proust pratiquement le même jour, dans six semaines, Il faut que Continuer la lecture de La suite de Balbec – Chapitre 1 

Dernière heure : Pour Facebook, votre vie privée ne vaut pas un clou

Dernière heure : Pour Facebook, votre vie privée ne vaut pas un clou.
Mardi 8 janvier

Cet article du New York Times est un peu long, je le reconnais. Je l’ai néanmoins traduit car il me parait plein d’enseignements pour les utilisateurs innocents de Facebook, qui ne veulent toujours pas voir les perversités et hypocrisies du fournisseur principal de cette drogue du XIXème siècle : les réseaux sociaux.

Il intéressera peut-être aussi les professionnels du droit qui voudront bien excuser les maladresses juridiques que j’ai pu laisser passer lors de ma traduction.

Mon faible vernis juridique me conduit à penser que la situation française ne doit pas être différente, dans la mesure où j’ai toujours compris qu’un préjudice inchiffrable n’en était pas un.

***

On devrait pouvoir trainer Facebook en justice
Une violation de la vie privée est un préjudice véritable.
Neem Singh Guliani – Avocate
New York Times – 6 janvier 2019

Après la révélation par le New York Times le mois dernier que Facebook a continué à partager les informations personnelles de millions de consommateurs avec des Sociétés telles que Netflix, Yahoo, Spotify et Google — en dépit de ses déclarations contraires devant le Congrès — beaucoup de gens ont Continuer la lecture de Dernière heure : Pour Facebook, votre vie privée ne vaut pas un clou 

Ah ! Les belles boutiques – 33

Ministère du Travail
127 rue de Grenelle Paris 7
Construit en 1770 pour le Comte du Chatelet qui fut guillotiné vingt-trois ans plus tard, l’Hôtel du Chatelet abrita successivement plusieurs commerces intéressants : l’Ecole des Ponts et Chaussées, l’ambassade de l’Empire Ottoman, celle de l’Empire d’Autriche, l’archevêché de Paris, et enfin le ministère du travail.
Pour l’instant c’est Continuer la lecture de Ah ! Les belles boutiques – 33 

La Chine n’est plus aux antipodes !

Contrairement à ce qu’on vous avait dit dans votre tendre enfance, si vous creusez à la verticale suffisamment longtemps, ce n’est pas en Chine que vous sortirez la tête mais, sauf erreur de trajectoire, en Nouvelle Zélande et, plus précisément, dans ses eaux territoriales.
En effet, les antipodes de chaque petit morceau de notre Hexagone se trouvent dans les profondeurs de l’Océan Pacifique, à l’Est-Sud-Est de la Nouvelle Zélande.
Dans cette zone, la seule terre ferme est formée des quelques Continuer la lecture de La Chine n’est plus aux antipodes !