Tous les articles par Philippe

Rendez-vous à cinq heures : Jim fait le pont (2)

La page de 16h47 est ouverte…

Construire un pont, quelle bonne idée !
par Jim

Sidney Harbour Bridge

 

Sidney est loin de chez nous, en Australie, mais sans y avoir mis les pieds beaucoup connaissent au moins la vue de son pont et de son opéra. En France, il est fort à parier que le nom Sidney, pour les plus de 50 ans en tout cas, est surtout associé à Bechet, Sidney Bechet, un grand jazzman américain contemporain de Louis Armstrong qui s’est établi en France après la guerre pour ne plus la quitter. Elle lui a inspiré des mélodies inoubliables, “Les Oignons“, “Dans les rues d’Antibes“, et surtout des slows langoureux comme “Petite Fleur“ et “Si tu vois ma Mère“ que ceux qui ont dansé joue contre joue sur ces mélodies ont connu là les meilleurs moments de leur jeunesse. Woody Allen ne s’y est pas trompé en choisissant l’enregistrement de “Si tu vois ma Mère“ joué par  Sidney Bechet avec l’orchestre de Claude Luter comme musique d’accompagnement pour la longue introduction de son film “Midnight in Paris“. Mais à part ça, Sidney et ses très vastes alentours valent le déplacement.

Le JDC joindra certainement le lien pour voir et revoir ce fantastique moment de cinéma, Midnight in Paris, qui vous fera encore plus aimé Paris et ses nombreux ponts. Merci JDC !

Il n’y a pas de quoi. 

Bientôt publié
Demain, 07:47 Sémantique
Demain, 16:47 Dernière heure : un éditeur accepte Le Cujas ! (Suite)
19 Sep, 07:47 Sacrée soirée (12)
19 Sep, 16:47 Rendez-vous à cinq heures : Christian Bonnet, Ministre de l’Intérieur
20 Sep, 07:47 Tableau 364

Dernière heure : un éditeur accepte Le Cujas !

Dernière heure : un éditeur accepte Le Cujas !

Le Cujas  : les Éditions Persée se sont déclarées prêtes à éditer mon gros Cujas, moins de deux semaine après en avoir reçu le manuscrit. Elles m’informent que le prix de vente sera de 23,90 euros ttc, et que  j’en toucherai 17%, 20% ou 25% selon le cas. 

Super ! 

Oui, mais je devrai participer aux frais d’édition à hauteur de 3433 Euros 

Ah oui ! Quand même ! 

Pas question bien entendu de signer un tel contrat.

Mais ça m’a donné une idée. Continuer la lecture de Dernière heure : un éditeur accepte Le Cujas !

Sacrée soirée (11)

11

Sidérée par ma répartie sans appel, la table a replongé le nez dans son assiette, tandis que la fausse chinoise me regarde en haussant les épaules. À l’autre bout de la table, je vois Anne qui me regarde en soupirant et en secouant la tête de droite à gauche. Est-ce pour me faire comprendre qu’elle aussi, elle trouve cette pauvre Kris bien naïve ? Ça doit être ça, c’est surement ça. C’est bon de se sentir soutenu par sa chère et tendre. C’est rare, mais c’est bon. Mais je ne veux pas écraser mon adversaire, alors, avec élégance, je change de conversation. Justement Françoise repasse avec l’entrée.

— Il est vraiment très bon, votre foie gras, Renée, dis-je en me resservant.

Marcelle reprend la balle au bond :

— Vraiment excellent. C’est vous qui l’avez préparé ?

— Une merveille, ma chérie, confirme Anne.

Et s’engage alors entre les trois femmes une conversation décousue sur les différentes variétés de foie gras, les façons de le préparer, de le présenter… Passionnant !  Quant à la mère Wu, elle s’est tournée ostensiblement vers Charles, si bien que je ne vois plus que son large dos. Elle a dû lui demander quelque chose d’aussi subtil que « Alors comme ça, vous écrivez ? » Du coup, Continuer la lecture de Sacrée soirée (11)

Rendez-vous à cinq heures : C.Q.F.D. ? 

La page de 16h47 est ouverte…

C.Q.F.D. ? 

Mon admiration sous entendue pour l’emballage de l’Arc de Triomphe a déclenché hier chez Lorenzo une vive réaction à la quelle je souhaite réagir à mon tour. J’ai choisi d’y répondre non par un commentaire mais par un article à part entière. En effet, d’une part, je souhaitais pouvoir développer mes arguments tout à loisir. Et d’autre part, après tout, c’est mon journal, non ?
Pour pouvoir battre le fer pendant qu’il est encore chaud, j’ai avec regret reporté à plus tard le rendez-vous à cinq heures que j’avais prévu pour vous cet après-midi avec Jean Yanne, Jacques Martin et Christian Bonnet, Ministre de l’Intérieur.

***

La  Fondation Christo est une entreprise privée. Je ne sais pas si les fonds dont elle dispose proviennent en partie de mécènes, mais ce qu’on sait, c’est que l’essentiel provient de ventes aux enchères de parties de la collection privée de Christo et des recettes des expositions de ses œuvres. Continuer la lecture de Rendez-vous à cinq heures : C.Q.F.D. ? 

Brèves de mon comptoir (6)

18/09 -Emballage perdu : La bande à Christo est en train d’achever l’emballage de l’Arc de Triomphe. 
Quatorze millions d’euros ! 
Et alors ? 
C’est pour quinze jours.
C’est entièrement financé par la Fondation Christo.
Et en plus, ça a une sacrée gueule !

17/09 -Hôtel de Ville : Lors de sa campagne pour la Mairie de Paris, Anne Continuer la lecture de Brèves de mon comptoir (6)

¿ TAVUSSA ? (78) :  Antivax et Antipass, faudra-t-il vivre avec ?

Bien sûr que c’est plus compliqué, les gars ! Bien sûr que c’est plus compliqué quand il y a une épidémie.

C’est plus compliqué d’aller au boulot, d’aller au cinéma, au restaurant, c’est plus compliqué de consulter son dentiste, d’aller voir ses parents à La Garenne-Colombes ou sa grand-mère à la maison de retraite de Guéret dans la Creuse. Bien sûr que ce n’est pas évident de recevoir ses clients quand on est restaurateur, poissonnier ou marchand de jouets. Bien sûr que c’est difficile de prendre le train, l’avion ou un verre dans une boite de nuit.

Mais ce n’était pas simple non plus quand il y avait une grève des transports ou quand il y avait les gilets jaunes. C’était même assez compliqué quand il y avait une guerre, une occupation, des Continuer la lecture de ¿ TAVUSSA ? (78) :  Antivax et Antipass, faudra-t-il vivre avec ?

Sacrée soirée (10)


10

Françoise vient de finir le service du foie gras. On a à peine le temps de l’entamer, et voilà que, depuis son bout de table, Renée relance le sujet de l’épidémie.

— Maintenant que nous sommes tous là, ne me dites pas que personne ici n’a écouté ce pauvre Président, quand même. Kris, vous l’avez écouté, vous ?

— Oui, bien sûr, mais le début seulement, lui répond Kris de l’autre extrémité de la table. Mon taxi m’attendait en bas.

— Alors ? C’est grave ? demande Anne, inquiète.

— Eh bien, à mon avis, ils ne savent pas trop à quoi s’en tenir encore, mais ce qui est sûr, c’est qu’en Chine, en Corée, à Singapour, ils ont pris des mesures drastiques. En Italie, ça commence à exploser, en Espagne aussi. Pour la France, ce n’est pas encore bien clair. J’ai l’impression Continuer la lecture de Sacrée soirée (10)

Rendez-vous à cinq heures : Jim fait le pont (1)

La page de 16h47 est ouverte…

Construire un pont, quelle bonne idée !
par Jim

Construire un pont d’une rive à l’autre d’une rivière ou d’un précipice, c’est une bonne idée. Réfléchir à l’idée d’un pont pour passer dans l’au-delà, pourquoi pas. Chercher à établir un pont avec un autre, ennemi ou pas, pour trouver un accord, ça c’est aussi une bonne idée. Mais démolir ou couper les ponts, c’est une idiotie. Les ponts sont utiles et nécessaires, en plus ils sont souvent beaux, de véritables ouvrages d’art, grands ou petits.

Comme des milliers d’autres en France, petit pont de campagne quelque part dans le Morvan. Continuer la lecture de Rendez-vous à cinq heures : Jim fait le pont (1)