Mission Impossible-Fallout – Critique aisée n°129

Critique aisée n°129

Mission Impossible – Fallout
Christopher McQuarrie – 2018
Tom Cruise etc…

Un thème musical toujours sensationnel, une longue et fantastique poursuite automobile dans Paris, des cascades aériennes vraiment irréalistes, des acteurs figés dans leurs personnages caricaturaux et enfin, enfin, un scénario totalement incompréhensible.

C’est complètement nul, mais on a l’habitude.

Heureusement, il y avait l’air conditionné.

Scio me nihil scire !

Voilà ce que disait Socrate, du moins quand il acceptait de parler latin. C’est Platon qui nous le dit : « Je sais que je ne sais rien.« 

Adage sympathique, plein de modestie et parfois mal compris. Voyons cela :

Tout d’abord, il ne faut pas s’arrêter au caractère oxymorique — je ne suis pas certain que ce mot existe vraiment —  sinon, on tombe dans l’abîme : en effet, si je sais que je ne sais rien, c’est que je sais au moins une chose (à savoir : que je ne sais rien), donc je ne peux pas dire que je ne sais rien, car si je ne savais rien, je ne saurais même pas que je ne sais rien.

Une autre utilisation erronée, ou même frauduleuse, de cette sentence serait de s’en servir pour se vanter de sa propre ignorance : Je suis comme Socrate : je ne sais rien. (sous entendu : et j’en suis fier !) Cette incommensurable idiotie a été proférée selon de multiples variations. Elle conduit tout droit à une croyance commune — notamment à toutes les formes de populisme, bien qu’elle n’en soit pas le seul chemin — sous-produit indésirable mais inévitable de l’esprit démocratique qui peut s’énoncer ainsi : « Mon ignorance est bien aussi bonne que votre savoir.« 

Non, Socrate ne pouvait pas penser de cette manière, ou alors Wikipedia ne lui aurait pas consacré autant de pages. D’ailleurs, on est Continuer la lecture de Scio me nihil scire ! 

Qu’est-ce qu’ils sont moches, ces magasins ! (2)

FNAC
136 Rue de Rennes – Paris 6°

Voulez-vous savoir ce que l’acronyme FNAC veut dire ? Non ? Ah bon, tant pis !

Mais voulez-vous savoir ce qu’il y avait au 136 de la rue de Rennes avant que ne s’y dresse le bâtiment construit en 1974 par les architectes Commissaire, Foulet, Granger et Tireau pour le compte de la Fnac, ce bâtiment dont la façade toute en verre est l’archétype de ce qu’il y a eu de pire dans l’architecture des années soixante, soixante-dix, quatre-vingt, quatre-vingt-dix…, ce bâtiment qui, dans les années 2010, a dû inspirer Jean Nouvel dans la facilité, le manque d’inspiration et la laideur pour sa conception du bâtiment Imagine du boulevard du Montparnasse ?

Eh bien, il y avait le chef d’œuvre de cet architecte talentueux de l’École de Nancy, Henry Gutton. Ce bâtiment de style Art Nouveau portera tout d’abord l’enseigne du Grand Bazar de la Rue de Rennes, puis des Grands Magasins de la Rue de Rennes, puis des Magasins Réunis pour finir par être défiguré en 1960 puis carrément détruit en 1972 pour faire place à l’actuel bijou architectural que le monde nous envie.

Chez Lipp

Couleur Café 5

Quand on suit le flot des voitures qui remontent le boulevard Saint Germain depuis son confluent avec le Quai Anatole France jusqu’à sa source du Pont de Sully, on passe inévitablement devant Chez Lipp. Il n’y a rien à faire, c’est comme ça depuis plus de cent ans.
La petite terrasse fermée est couverte d’un assez vieux vélum dont la couleur brique est passée depuis longtemps. Au-dessus de la terrasse, sur la faible largeur de l’immeuble qui abrite le restaurant, la façade en bois d’acajou est percée de quatre fenêtres. Au milieu, un disque lumineux aux dimensions modestes et à l’éclat discret est planté perpendiculairement au boulevard. L’enseigne représente un bock débordant d’une mousse abondante, surmonté et souligné sobrement par les quatre lettres LIPP.
Si vous restez sur le trottoir, vous ne verrez rien d’autre que les quelques tables inconfortables de la sombre terrasse, et le fantôme de Françoise Sagan, assis sur sa chaise d’osier et fumant nerveusement une cigarette devant un verre de Morgon. De là où vous êtes, vous Continuer la lecture de Chez Lipp 

Michelin, l’indispensable

Dans la première édition du Guide Michelin, sortie en 1900 à l’occasion de l’Exposition Universelle, on trouvait ceci :

PIECES DE RECHANGE
ET ACCESSOIRES

Qu’un Chauffeur doit toujours emporter dans les coffres de son Automobile

1 cric
1 marteau
1 étau à main
Quelques limes
1 pince à gaz
1 pince plate
1 tourne-vis
1 jeu de clefs ordinaires
1 jeu de clefs à douille
1 clef King-Dick
1 clef à douille pour écrou de tube de platine
1 clef de chapeau de roue
1 jeu de goupilles Continuer la lecture de Michelin, l’indispensable 

Banalités sur Diogène

Rappel de quelques banalités pouvant quand même être utiles en société :

Diogène
— dit  « de Sinope », dit  « le Cynique »
— 413-327 av J-C
— Contemporain de Socrate, Platon, Alexandre le Grand
— Philosophe grec de l’école cynique ((Cynique, de kynikos : qui concerne le chien)
— Ancêtre des clochards anarchistes professionnels
— Vivait de l’aumône de ses concitoyens qu’il insultait copieusement
— Habitait dans une jarre, et non dans un tonneau, objet qui ne fut inventé que cinq cents ans plus tard
—Sur l’agora bondée, en plein jour et à l’aide d’une lanterne, cherchait vainement un homme
— Ne voulait pas qu’Alexandre lui fasse de l’ombre
— S’est suicidé en retenant sa respiration
— Ou alors en mangeant un poulpe vivant
— Est resté célèbre pour des tas de raisons, y compris pour ses mots d’esprit

Sur l’agora, Diogène s’approche d’une statue. Il tend la main vers elle pour obtenir une aumône.
—Pourquoi fais-tu cela, lui demande un passant.
—Je m’habitue au refus, répond Diogène Continuer la lecture de Banalités sur Diogène 

¿ TAVUSSA ? (47)  Le QAnon, qu’es aquò ?

Au début, j’avais décidé d’écrire cet article sur le mode humoristique. Vous savez, le genre  » Le QAnon, qu’es aquò ? » ou bien « Le QAnon est-il contagieux ?« , le truc habituel, quoi ! Parti sur cette voie, j’ai peiné pendant deux jours sans arriver à rien que de très laborieux ni même qui dépasse le stade des préliminaires. J’ai donc finalement opté pour un traitement sérieux. Vous allez voir.

On savait déjà qu’il est des sujets d’actualité dont on ne peut pas rire : un tsunami, une épidémie de choléra, une marée noire… On ne peut pas faire de blague sur un de ces phénomènes, du moins tant qu’il est en cours. Eh bien, pour moi maintenant, le QAnon fait partie de ces tabous : on ne plaisante pas avec le QAnon. Bien qu’il soit pour le moment Continuer la lecture de ¿ TAVUSSA ? (47)  Le QAnon, qu’es aquò ?