Dernière heure : Young Cassidy goes to Senate

temps de lecture : 6 minutes
Dernière heure : Young Cassidy goes to Senate

Maintenant que, par la grâce de ceux qui ont voulu “donner une bonne leçon à E.Macron”, la démocratie française est coincée pour longtemps entre un parti d’extrême droite et un parti révolutionnaire de style cubain, je n’ai plus vraiment envie de commenter la politique intérieure nationale.
Maintenant que la guerre en Ukraine n’est plus pour les français qu’une sorte de bruit de fond agaçant qui les empêche de se concentrer sur les vrais problèmes, à quoi bon continuer à m’énerver sur les mensonges et exactions russes ?
Maintenant qu’Anne Hidalgo se fait plus discrète dans la vie publique que l’écureuil dans la ramure, pourquoi persisterais-je à dénoncer ses errements urbanistiques et totalitaires ? 

Heureusement, il me reste la politique américaine.

Hier soir, j’ai assisté en direct et presque in extenso au témoignage de Cassidy Hutchinson devant la Commission d’enquête du Congres US sur les événements du 6/01/21, date qui ne tardera pas devenir aussi célèbre que celle du 9/11 dans l’histoire américaine.

Pour ceux qui auraient passé les derniers dix-huit mois en apnée au fond d’une grotte sous-marine, je rappelle que le 6 janvier 2021, jour où devait être confirmé officiellement le décompte des voix exprimées lors de l’élection présidentielle et, donc, confirmée la victoire de J.Biden sur D.Trump, des émeutiers ont pris d’assaut le Capitole, qui abrite les deux chambres US, pour interrompre la certification qui était en cours par le Vice-Président. Ils ont parcouru les couloirs de cet immense bâtiment, envahi les hémicycles, saccagé quelques bureaux, à la recherche du Vice President et de Nancy Pelosi, présidente Démocrate de la chambre des représentants, tout en chantant “Pendez Mike Pence”. 

Pour moi qui assistais aux événements en direct sur CNN — je ne passe pas ma vie devant CNN mais il y a des jours où ça vaut le coup — ces images effarantes de chasse à l’homme sous les lambris de la république entrecoupées des gesticulations de Donald Trump ont rapidement évoqué une tentative de coup d’état. C’était en tout cas évident pour les Démocrates et même pour une partie des Républicains.

Dans les jours qui ont suivi, la plupart des Républicains se sont ravisés, suivis en cela notamment par quelques esprits forts français — mais y a-t-il des esprits français qui ne soient pas forts ? Ils ont prétendu qu’il ne s’agissait que d’une ordinaire manifestation de soutien à D.Trump qui aurait un peu dégénéré en émeute, sans doute du fait d’une provocation d’organisations gauchistes ( en France, on aurait dit plutôt provocation de la police). 

Depuis des mois, la commission parlementaire du January 6th enquête, recueille des témoignages et communique au fur et à mesure au public les preuves ou éléments de preuve qu’elle découvre. Selon l’immuable principe du biais cognitif de conviction, les preuves qu’elle communique convainquent ceux qui sont déjà convaincus, c’est à dire 100% des Démocrates, et laissent de marbre ceux qui ne le sont pas, c.a.d. 90% des Républicains. (Il y a longtemps que les esprits forts français ne s’intéressent plus au sujet). 

Au gens qui me demandent mon avis comme à ceux qui ne me le demande pas, je dis que D.Trump se présentera à la prochaine élection en 2024 et qu’il la remportera. J’ajoute que la seule façon pour lui de ne pas gagner serait d’avoir un empêchement judiciaire sous forme d’une condamnation constitutionnellement incompatible, mais que jusqu’à présent, ça n’en prenait pas vraiment le chemin.

Les choses ont peut-être changé hier soir. 

Cassidy Hutchinson est une jolie jeune femme de 26 ans. Au moment des faits, elle en avait 24 à peine. De sensibilité Républicaine, elle avait intégré les services de la Maison Blanche en 2019 pour être nommée en Mars 2021 assistante auprès de Mark Meadows, chef de cabinet (chief of staff) de Donald Trump. (A propos de chief of staff, ne vous laissez pas abuser par la presse française écrite et parlée qui, approximative selon son habitude, a traduit cette fonction par Secrétaire général, ou pire, Chef du personnel. Selon moi et mes sources, Chief of staff c’est bien Chef de cabinet).

Dans un témoignage très sobre et très circonstancié, la jeune Cassidy a décrit une toute autre ambiance que celle avancée par les sbires de l’ancien président. Loin d’une manifestation improvisée qui aurait malheureusement dégénéré en émeute violente, elle établit les preuves de la planification d’une prise du Capitole par des hommes armés.

Les buts de cette invasion ne sont pas évoqués par C.Hutchinson, car ils n’ont pas été évoqués devant elle. On ne peut cependant douter que c’était en vue d’interrompre la certification du décompte des voix et, probablement, d’une déclaration de l’inversion des résultats équivalant à un véritable coup d’état.

Les points principaux que j’ai retenus de son témoignage sont les suivants : 

  • dès le 2 janvier, l’avocat de D.Trump, Rudy Giuliani, et son chef de cabinet, Mark Meadows, évoquaient devant la jeune Cass pour le 6 janvier une journée formidable, exceptionnelle, une montée vers le Capitole, une journée dangereuse. 
  • Lors du discours de Trump qui a précédé l’envahissement du Capitole, Cassidy était derrière l’estrade, dans la tente qui abritait l’équipe du président. Pour approcher, les supporters devaient passer sous des portiques de détection – appelés “Mag” – et beaucoup de manifestants s’étaient vus confisquer leurs armes. De ce fait, beaucoup d’autres ne voulaient pas passer le contrôle et ne pouvaient donc approcher. Apprenant cela, Trump, a ordonné qu’on enlève les mags. “Ces gens ne sont pas là pour me faire du mal à moi » a-t-il dit devant témoin. Il savait donc qu’une partie de la foule était armée. 
  • Dans son discours, il a exhorté cette foule, dont il savait qu’elle était armée, à monter sur le Capitole bien que ses conseillers lui aient demandé de ne pas prononcer de telles incitations. Dans ce même discours, il a annoncé qu’il irait au Capitole avec la foule, alors que ses conseillers tentaient de le dissuader de le dire et de le faire, sa présence au Capitole étant illégale, non prévue et donc non sécurisée.  
  • En témoignage indirect, Cassidy a rapporté qu’une fois dans la voiture qui devait le ramener du lieu du discours jusqu’à la Maison Blanche, il a ordonné qu’on le conduise au Capitole. Sur le refus réitéré du chauffeur, il a fini par tenter de prendre le volant et sur l’opposition physique du chauffeur, Trump a porté “sa main à la clavicule et à la gorge du chauffeur”.

Ms Hutchinson a témoigné de plusieurs autres  manifestations de rage et de perte de contrôle de la part du président des USA, mais ceux que j’ai relaté ci-dessus me paraissent les plus importants.

Je commence à me dire que le Procureur Général pourrait bien s’intéresser à ce témoignage et en tirer matière à inculpation de l’ancien président. Et même si cela ne se fait pas, cela pourrait faire changer d’avis quelques électeurs Républicains et remette en question sa nomination comme prochain candidat. 

Quant à Mademoiselle Hutchinson, il faut lui tirer son chapeau, car elle n’a pas fini de payer les conséquences de son témoignage. 

Bientôt publié

Demain, 07:47 Douce France (4)
1 Juil, 07:47 Un couple inachevé (12)
2 Juil, 07:47 TABLEAU 401
3 Juil, 07:47 Un couple inachevé (13)

Un couple inachevé (11)

5 minutes

Or, le contrat et l’assureur n’existaient que dans les dossiers que tenait Aurélie. Le risque était grand que le pot aux roses ne soit découvert, mais Jean-François Combes qui ignorait l’existence de cette assurance ne s’intéressa pas à la question. Aurélie perdait la ressource correspondante, mais elle était sauvée. Avec le nouveau patron, il y avait même des chances pour que ses malversations deviennent encore plus aisées qu’avec l’ancien.

11- Le fils Combes

Jusqu’à ce qu’il atteigne l’âge de trente-sept ans, la vie de Jean-François Combes fut facile. Il n’y a pas grand-chose à dire de son enfance : ce fut celle d’un petit garçon de la bourgeoisie moyenne dans une jolie petite ville du centre de la France, une vie confortable et sans histoire. Devenu demi-pensionnaire puis interne au lycée Gay-Lussac de Limoges, il passa sans trop de difficultés l’examen du baccalauréat de la série “Économique et sociale”. Seul héritier mâle de Bernard Combes et destiné depuis sa naissance à diriger un jour l’entreprise familiale, son avenir n’était pas pour lui une préoccupation. Partisan non pas du moindre effort mais d’un effort raisonnable, il refusa d’entrer dans Continuer la lecture de Un couple inachevé (11)

Un couple inachevé (10)

temps de lecture : 4 minutes

Olivier ne s’attaquait qu’à la surface de l’entreprise : le remplacement du mobilier du bureau directorial, la suppression de la voiture de fonction du patron, le nouveau design du catalogue, l’instauration d’une réunion hebdomadaire de coordination avec la Compta et les chefs d’atelier et d’une réunion mensuelle avec tout le personnel, etc… tout cela sortait directement de la panoplie n°1 niveau débutant pour manager-cost-killer-mais-quand-même-proche-de-la-base. Tout ça n’était pas très dangereux. Mais voilà maintenant qu’il voulait se plonger dans les achats…
Et ça, c’était autre chose…

10 – A fond la caisse

Parce que ça fait six ans qu’elle escroque Etienne Combes & Fils, la petite Aurélie, depuis un peu plus d’un an après qu’elle soit devenue chef comptable. Elle avait commencé à y réfléchir depuis son poste d’aide comptable. L’idée de détourner un peu d’argent de la société lui était venue quand elle avait constaté l’immense respect et la Continuer la lecture de Un couple inachevé (10)

Un couple inachevé (9)

temps de lecture : 3 minutes

— Ah oui ! Et puis, j’aimerais aussi que l’on regarde la question des achats. Il faut absolument qu’on trouve le moyen de faire des économies. Le coût des matières premières me paraît quand même pas mal lourd.  On pourrait commencer à voir la question tous les deux entre huit et dix, juste avant la réunion avec les délégués. Vous pourrez préparer ce qu’il faut, Aurélie ?
— Bien sûr, Olivier, pas de problème.

9- Détournements mineurs

 Le liquide noir et fumant qui sort en crachant de la Delonghi Nespresso Initia tire la jeune femme de sa rêverie. Elle savait bien que ça allait arriver un jour. Mais déjà !

—Il faut que je remette tout à plat encore une fois et que je revérifie ça avant dimanche soir, pense-t-elle en prélevant le gobelet brulant et en le portant à ses lèvres. Trois ans devraient suffire… Olivier ne voudra surement pas remonter à plus de trois ans en arrière… Mais on ne sait jamais, il vaudrait quand même mieux aller jusqu’à quatre ans… Mais quatre ans, ça fait un sacré boulot ! Et tout ça pour dimanche soir… Continuer la lecture de Un couple inachevé (9)

Proust : humour ou esprit ?

1 minute

Certains esthètes disent que Marcel Proust débordait d’humour et que À la recherche du temps perdu est roman désopilant. C’est peut-être aller un peu loin. Moi, je dis que Proust avait plus d’esprit que d’humour. Si vous voulez connaitre la différence que je fais entre ces deux qualités, cliquez sur ce lien :

http://www.leblogdescoutheillas.com/?p=33223

(…)
—Ce pauvre général, il a encore été battu aux élections, dit la princesse de Parme pour changer de conversation.
—Oh! ce n’est pas grave, ce n’est que la septième fois, dit le duc qui, ayant dû lui-même renoncer à la politique, aimait assez les insuccès électoraux des autres.
—Il s’est consolé en voulant faire Continuer la lecture de Proust : humour ou esprit ?

Un couple inachevé (8)

Temps de lecture : 3 minutes

Chacun dans sa voiture, ils s’étaient suivis jusqu’à la ville. Après avoir tourné un peu dans le centre, quasiment désert à cette heure, ils avaient fini par diner au Novotel-Limoges-Le-Lac parce que c’était pratique pour se garer, et aussi parce que c’était là qu’Olivier était descendu.

8 – L’usine

Au moment où Olivier lit les derniers commentaires de l’Équipe sur l’Open d’Australie dans le café de la rue Saint-Jacques, Aurélie arrive à l’usine Etienne Combes & Fils, route de Ladignac, commune de Saint Yrieix-la-Perche. Elle gare sa Golf 1.0 TSI blanche dans un endroit qu’on ne peut pas voir de la route. Elle choisit d’entrer par les ateliers qu’elle traverse les uns après les autres. Personne… Elle passe entre les machines vertes silencieuses puis elle contourne le vieux four à fuel qui est à l’arrêt depuis un an. Quand elle longe le nouveau four à gaz, dernier investissement décidé par son ancien patron, une sourde explosion se fait entendre. Elle sursaute, mais elle réalise Continuer la lecture de Un couple inachevé (8)

Un couple inachevé (7)

temps de lecture : 3 minutes

(…) J’ai bien envie de la louer à l’année, cette baraque. Isolée au bord d’un étang, tout le confort moderne, à peine dix kilomètres de l’usine. Si je veux développer cette boite, il va falloir que je vienne plus souvent et que je reste plus longtemps. Ça me ferait un pied à terre. Parce que le “Novotel-Limoges-le-Lac”, ça va cinq minutes. Et puis ces allers-retours entre Paris et Limoges en voiture, c’est crevant.
<<…Après sa très convaincante victoire en trois sets (6-1, 6-2, 6-4) sur De Minaur, Nadal s’estime en progrès de jour en jour depuis le début du tournoi…>>
 — Et puis pour passer du temps avec Aurélie, ça serait quand même plus discret que le Novotel.

7 – Aurélie

Aurélie Millon est la maitresse d’Olivier depuis sept mois.
Entrée chez Etienne Combes & Fils à dix-huit ans, elle avait tout de suite beaucoup plu à Bernard Combes, fils d’Etienne, qui dirigeait l’entreprise à cette époque. Il en avait très vite fait sa maitresse, car la petite était mignonne et ambitieuse. Après qu’il lui ait payé deux années de cours par correspondance, elle était passée aide-comptable, car la petite était vive et courageuse. Trois ans plus tard, elle devenait chef-comptable, car elle était véritablement douée. Quand Bernard Combes se tua dans Continuer la lecture de Un couple inachevé (7)